fbpx

Les tests et les posts sponsorisés ? Tous des vendus ?

Si vous êtes lecteur régulier de mon site, vous savez que j’aime parler de matériel. La plupart du temps c’est du matériel que j’achète moi-même. Tout simplement parce que j’en ai besoin – “non, tu en as envie” nuancera ma Lovely Roadie. De temps à autre, je reçois du matériel de la part d’un magasin ou d’un fabricant pour le tester. “A cheval donné on ne regarde pas les dents”, dit le proverbe. Alors comment conserver une certaine éthique dans ces circonstances ? Un cadeau ne vaut-il pas le quart d’heure de publicité rémunéré ? Il m’est arrivé, naïvement, de demander à des fabricants de pouvoir tester du matos. Sur un malentendu ça pouvait peut-être marcher, mais bien entendu, … ça n’a jamais marché.

Le besoin, le budget et l’exigence

En général, j’essaie de me documenter au maximum. Et je me focalise sur les aspects techniques et pratiques. Une pièce d’équipement n’est jamais parfaite, et le compromis se fait souvent entre le budget et l’exigence de qualité. Dans mes tests j’essaie de ne jamais oublier la question du budget initial et du prix par rapport au service rendu. 

C’est moi qui établis le casting des tests en fonction d’un besoin spécifique que j’ai ou que j’identifie. Je serais embarrassé de recevoir du matériel dont l’utilité ne me paraît pas claire. Ou pire,  pour lequel je ne dispose pas de compétences pour émettre un avis. Dans ces circonstances, il est évident pour moi que si  le matériel testé ne me convient pas, je le renvoie pour tester autre chose. Dés lors, il y a peu de tests négatifs.

Parfois le choix est éminemment subjectif, comme pour les cordes Martin Retro qui ne m’ont pas plu mais dont j’ai décidé de vous parler, parce qu’elles pourraient vous plaire. 

Du “sommet” …

Jusqu’à présent, ma plus grosse collaboration a été un échange de matériel contre un test avec le vendeur en ligne www.bax-shop.be, notamment pour la caméra Zoom Q8. Ce fut une belle expérience professionnelle. Je choisissais moi-même le matériel à tester, après une (longue) étude du marché et acceptation de leur part. 

Je ne peux pas juger si l’expérience fut pertinente pour Bax, mais je sais, par les commentaires reçus, que mes vidéos ont fait vendre quelques caméras Zoom Q8 (8 ou 10 au minimum, pas forcément via le site de mon sponsor). Avec 4 articles et vidéos, de nombreuses interventions sur des forums ou dans les commentaires à gauche et à droite, je ne sais pas si pour moi-même l’exercice aura été rentable au sens financier, mais j’ai aimé et cela aura contribué à produire du contenu pertinent pour ma cible (aka “vous”). Cela m’aura également permis d’apprendre pas mal de choses sur le format vidéo.

… en passant par le SAV …

J’ai souvent été amené à donner des conseils techniques sur l’utilisation du matériel que j’avais testé. Ça prend du temps, mais pour moi ça fait partie du deal. Si on se proclame suffisamment “expert” pour donner un avis ou une recommandation, il faut assumer derrière. 

… jusqu’aux haters.

J’ai essuyé quelques critiques de déçus. J’ai subi quelques “agressions” virtuelles. Rien de bien grave, mais ce n’est pas plaisant. Dans un monde qui a élevé le fait de râler et de se plaindre en art de vivre, une critique positive est forcément suspecte et son auteur est forcément “vendu”. On m’a demandé si je travaillais pour telle ou telle marque. Pourtant j’ai toujours consciencieusement fait mention de la différence entre mes achats et mes sponsoring, pour des questions de transparence et d’honnêteté.

Si seulement c'était vrai !

Si seulement c’était vrai !

En ignorant les trolls, le plus souvent on pouvait classer les critiques en 4 catégories. Un budget inadéquat par rapport à l’exigence, une erreur de casting manifeste par rapport à un besoin, l’ignorance des avertissements sur certaines limitations du matériel ou un manque criant de compétence technique. 

Et maintenant ?

Après la fin de la parenthèse Bax, j’ai eu des petits tests sponsorisés pour du petit matériel et pas mal d’achats personnels. Le dernier test en date m’a surpris, parce que le fabricant de capodastres G7th m’a contacté (sur recommandation) pour tester leur dernier capodastre. Évidemment, en recevant ce magnifique capodastre customisé avec le logo de mon site, je me suis demandé ce que je ferais si il se révélait décevant à l’usage. J’étais décidé à le tester de la manière la plus neutre possible, même en blind-test avec ma Lovely Roadie. Et si il s’était révélé décevant j’en aurais avisé le fabricant, quitte à le renvoyer. Heureusement il n’en fut rien.

Et ça va la conscience, tu dors bien la nuit ?

Je n’en vis pas, je n’en fais pas un métier, du coup je peux m’en passer. Mais bien franchement, je suis content de pouvoir recevoir de temps en temps du matériel sans devoir tout acheter. Je teste toujours avec une certaine subjectivité puisque je juge par rapport à ma pratique et mon budget, mais avec sincérité. 

J’aimerais parfois que les liens vers les boutiques en ligne qu’il m’arrive de placer ou la monétisation des vidéos paie mon hébergement mais c’est loin d’être le cas. Je me fais plutôt virer de ces programmes auxquels j’ai adhéré par curiosité au début, faute d’une masse critique difficile à obtenir dans la niche “guitare acoustique instrumentale francophone”. 

Mais j’ai l’avantage de ne pas être dans un secteur aussi concurrentiel que celui des “jolies filles bien coiffées buvant un latté dans le bistro d’un hôtel classe”. Et je n’aime pas les latté.

On ne peut pas tout avoir.

Pfou, j’en ai déjà testé des trucs …

Laisser un commentaire

Votre adresse ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.