fbpx

Annulé, annulé, annulé … que dire ?

Annulé : Il a été brièvement question d’un Conte & Guitare avec mon cama Rumelin avant que les mesures ne soient à nouveau durcies.

Annulé aussi : Le village de Noël n’aura plus que probablement pas lieu dans une formule permettant mon bref passage sur scène.  Le stage de la Toussaint à Virton est également annulé.

Enfin : J’avais envisagé de redonner cours à la rentrée, mais j’ai également mis cette idée entre parenthèses pour l’instant. Pas évident du coup de trouver des choses à vous raconter ici.

Annulé !

Annulé !

Le fait que la Sabam soit intervenue pour organiser un défraiement pour les lives Internet et pour soutenir la culture est une sorte de phare dans la nuit. Je m’étais moqué des montants pour chaque vue de la vidéo, avant de découvrir le montant total alloué.

Alors je m’occupe de petites choses, comme refaire ma petite boite de premier secours pour la guitare. Avec tous les petits gadgets qui sauvent la vie.

Je m’occupe actuellement de ranger et de trier mon matériel pour désencombrer un peu mon studio. C’est un peu la seule pièce de la maison qui n’a pas subi le traitement radical de rangement de Marie Kondo. J’ai franchi une étape en triant mes vêtements, un jour le matos de musique suivra.

J’avoue que l’ambiance est un peu sinistre des dernières semaines. Une montagne de travail a un peu raison de mon énergie pour le moment. J’ai annulé pas mal de soirées de répets et d’enregistrement. Je me penche sur l’idée de trouver mon son, en travaillant sur les réglages de Godzill’Art et mes enregistrements.

Du coup s’il y a des sujets dont vous aimeriez que je parle ici, n’hésitez pas.

Premiers secours : la petite boîte qui sauve la vie

C’est plutôt calme pour le moment au niveau des concerts, c’est l’occasion de bosser un peu et faire du rangement. J’en ai profité pour me refaire une petite boite de premiers secours pour le backstage. J’avais déjà évoqué la question avec un kit de survie mais ici il s’agit vraiment de toutes ces petites choses qui vont vous sauver la mise quand l’imprévu survient. J’ai décidé de me servir d’une jolie boîte achetée à Ploemeur en France et pour laquelle je n’avais pas encore trouvé d’usage.

 Inventaire de la trousse de premiers secours :

  • des bouchons d’oreilles
  • un jeu d’onglets de rechange
  • des cordes de rechange
  • un outil pour couper les cordes et tirer les chevilles
  • un petit tournevis cruciforme
  • un petit tournevis plat
  • une pile de 9V
  • une pile CR2032
  • un adaptateur pour monter une caméra sur un pied de micro
  • une lampe de poche (facultative)
  • des cartes de visite
  • du tape noir pour fixer, du tape gris pour réparer
  • des colsons
  • une carte mémoire SD/µSD

En y repensant, je pense y ajouter encore un chiffon, ce qui réduira également un peu le bruit de ferraille dans la boite, un médicament contre le mal de tête, de la superglu et des bouchons de réserve pour mes in-ears

Vous ajouteriez quoi à cette trousse de premiers secours ?

Boîte de premiers secours

Boîte de premiers secours

La quête du “son parfait” (Saison 1 épisode 1)

Depuis qu‘il monstro est réparé et a été upgradé en “Godzill’art”, je multiplie les tests d’enregistrement. Un micro, deux micros, Oktava Mk12, Aston origin, mono, stéréo. Puis je les écoute et je tripote le son parfait jusque pas d’heures … sans trouver mon bonheur. Mais je sens que je progresse.

Comment trouver le son parfait ou le son imparfait qui mène à lui ?

Je manque un peu de certitudes et de référence. On trouve mille tutos sur youtube pour enregistrer une caisse claire et moitié autant pour enregistrer une guitare acoustique gratouillée à “intégrer” dans le mix. Mais pour la guitare acoustique solo, il y a plus grande monde. Ou alors des gens dont j’apprécie pas forcément le son (même si parfois j’aime beaucoup leur musique !). Et puis comparer le son parfait des albums finis avec une prise brute, c’est comme regarder un film sans les effets spéciaux.

Argh, kryptonite ... !

Argh, kryptonite … !

Il y a tellement de possibilités … tellement de choix. Et mes oreilles manquent tout simplement d’expérience à force de se contenter du son correct et suffisant des lives.

Grâce à Godzill’art, J’ai déjà vaincu un de mes gros soucis : le ratio signal bruit qui n’a jamais été aussi bon. Le compresseur Art SCL2 m’aide à dompter les crêtes si nécessaire, mais pour mon premier projet, une balade, je ne compte pas l’utiliser. Avec l’EQ paramétrique je peux tailler dans le gras inutile du bas du spectre. Tout est là, à portée de doigts. Le préampli et les indicateurs de niveaux du multieffet et de l’enregistreur me permettent de pousser le niveau de signal en toute confiance. Mais ce n’est qu’un paramètre parmi tant d’autres.

L’étau se resserre sur la solution !

J’ai aimé faire une prise avec un micro case 12 et un autre sur la caisse sous le chevalet, j’aimais le son brut, mais le son était une horreur à mixer. Jusqu’à présent, et peut-être sans surprise, la prise avec un microphone et le pickup est la plus charnue, la prise en XY semble la plus naturelle, mais un peu fine. 

Les microphones, c'est éternel dilemme dans la quête du son parfait

Les microphones, c’est éternel dilemme dans la quête du son parfait

Une petite mousse ? Un petit jaune ? (Shure EA110 EAYLF1)

Faute de concerts ou de trajets pour me rendre à mon travail, l’usage de mes in-ears se limite pour l’instant à m’isoler du bruit du voisin qui cherche du pétrole dans son jardin ou du bruit des enfants qui cherchent les ennuis pendant que je télétravaille ou téléconférence. J’ai encore fait un essai pour remplacer les mousses par un moulage sur mesure pour mes Shure SE-215 avec de la pâte à modeler spéciale. Même avec l’assistance patiente de ma Lovely Roadie, ce fut un échec (cuisant). Un jour je ferai réaliser une empreinte chez un audiologiste. Mais en attendant je cherche encore l’embout idéal. Et pourquoi pas les mousses jaunes un peu plus old-school?

IEM : chemin du signal de l'ampli à mes oreilles

IEM : chemin du signal de l’ampli à mes oreilles

Silicone ou mousse ?

Le débat fait rage chez les utilisateurs. Certains ne jurent que par les embouts silicones légers et souples. Certains trouvent que le bord de l’embout est gênant et que le silicone fait transpirer à la longue. D’autres préfèrent la mousse à mémoire de forme (aka “les olives”) qui obture mieux le canal de l’oreille. Certains supportent mal là gêne occasionnée par la pression de la mousse dans l’oreille. D’autres affirment  que l’obturation plus efficace entraîne une perception accrue des basses. Comme j’écoute peu de musique dopée aux basses et rarement à fort volume ça ne me dérange pas.

Silicone ou mousse ?

Silicone ou mousse ?

Personnellement je préfère les embouts en mousse à mémoire de forme. Je les roule entre les doigts avant de les introduire dans le conduit auditif où ils reprennent leur forme. Selon certains, la durée de vie des embouts silicones serait nettement supérieure à celle des olives, mais pour moi il s’agit d’un consommable dont le remplacement est normal. Ma zone de confort se situe entre l’olive de taille moyenne et la grande et je change quand elles perdent leur forme ou leur aspect. Mais j’ai constaté que certaines semblaient reprendre vie dans l’emballage.

Quoi de mieux que le jaune pour aller avec les olives ?

(bon, pour ceux qui n’ont pas la réf, le jaune c’est aussi le petit nom du pastis, vala vala). Il me restait à tester cette version apparemment plus vintage dans son approche, qui est plébiscitée par les tenants de la théorie du “c’était mieux avant”. 

 Shure EAYLF1-10 aka mousse jaune

Shure EAYLF1-10 aka mousse jaune (image Shure)

Elles sont un peu chères (vendues 20€ par 10 sous blister, ou par 100, avec un petit outil pour nettoyer le conduit des oreillettes). Elles sont en plus réputées moins durables que les olives. On peut imaginer que la surface moins lisse les rend plus sujettes aux salissures. Des copies bon marché existent. Mais les copies n’ont pas de filtre anti-cérumen, de conduit en silicone et la mousse est moins dense.

Première surprise : je m’attendais à quelque chose de léger, comme une éponge. Au contraire, la mousse est dense et ferme, avec une impression très qualitative (Hey, c’est Shure quand même !). La mousse se roule entre les doigts, puis elle reprend sa forme, mais plus lentement et avec un peu moins de pression que les olives. 

L’embout s’avance moins loin dans l’oreille, ce qui donne une sensation plus respirante (même si évidemment on ne respire pas par les oreilles). L’obturation parfaite avec moins de pression est vraiment très agréable. La bonne isolation permet de baisser le volume global c’est qui est tout bénéfice pour l’audition sur le long terme. Le son me semble un chouïa plus clair. Aucun souci pour mon oreille gauche, mais la droite où je ressens une légère gêne/irritation depuis quelques jours chatouille un peu. Mais la mousse n’y est peut-être pour rien. C’est peut-être le moment de faire une pause avec les in-ears pour quelques jours.

J’aime beaucoup, peut-être simplement en raison de la nouveauté et du changement de sensation physique. Je leur donne un 7/10 sur mon échelle de piments en attendant de voir si mon oreille droite les aime autant que ma gauche. Pour moi, les mousses pourraient être vendues au même prix que les olives de remplacement, soit 15€. On est parfois plusieurs dans ma tête, alors pourquoi mes oreilles seraient d’accord entre elles ?

Liens partenaires

Pour info : J’ai acheté les produits sur fonds propres, sans lien commercial et en toute liberté éditoriale.