«

»

Mar 08 2010

Imprimer ce Article

Prise en main de la Fishman Aura Spectrum DI: utilisation

Fishman Aura spectrum DI

Fishman Aura spectrum DI

Après une première prise en main, voici quelques impressions sur l’utilisation de la Fishman Aura Spectrum DI

J’ai jeté un oeil sur l’accordeur, la coloration du son due à la pédale, le choix des banques et des images.

Après une grosse déception, une excellente surprise et les premières conclusions.

Cette pédale est faite pour améliorer le son d’une guitare amplifiée par un pickup piezo placé sous le chevalet. Ma guitare est équipée d’un ellipse blend qui ajoute le son d’un petit micro electret placé sous les cordes au niveau de la rosace. L’Aura n’est pas du tout prévue pour traiter ce type de signal mixte. La première étape sera donc de couper le son de ce micro.

Premier test, comparer le son avec et sans la pédale:

La pédale ne dispose pas d’un véritable bypass au sens premier du terme. On se contente de mettre le mixage son direct et image Aura sur O. Le son parcourt donc, malgré tout, toute l’électronique de l’appareil (EQ compris) ce qui peut influencer le son.

Conclusion: je dois déjà me réhabituer au son de ma guitare amplifié par un piezo « pur ». Je ne me souvenais pas que c’était si moche. Un bon point pour … mon Fishman ellipse blend. Sans apport d’image, pas de différence notable, peut-être un son légèrement amélioré avec la pédale (plus doux, moins nasal).

Test rapide de l’accordeur intégré:

L’appui sur la pédale tuner affiche un joli petit diapason rouge sur l’écran. Le nom de la note s’affiche, avec un petit # pour les demi tons. Des diodes orange, rouges et vertes indiquent la position relative par rapport à la note cible. Pendant l’accordage, le son est coupé, mais il est possible de configurer la Spectrum pour que le son passe même pendant l’accordage. Note: le La est calé à 440Hz et ne peut pas être ajusté.

Conclusion: un accordeur lisible et fonctionnel avec une certaine élégance d’affichage, dont j’apprécie de pouvoir configurer la coupure du son. Personnellement, je ne suis pas un adepte des diapasons tendus, mais les adeptes du La à 444 Hz seront déçus.

Test rapide de l’anti-larsen:

Petit souci pour ce test particulier: j’ai un mal fou à faire « accrocher » ma guitare. L’idée est de tenir la pédale enfoncée en jouant la note qui pose problème et celle-ci sera corrigée automatiquement par un EQ très étroit de type « Notch ». On peut stocker et éliminer jusqu’à 3 fréquences à problème. Note: évidemment, il faut reconfigurer ce système à chaque nouveau set !

Conclusion: j’ai eu un peu de mal à toucher les bonnes fréquences,  principalement parce que ma guitare sur le loudbox 100 n’accroche pas volontiers. En général, un bon choix de la phase et le notch de l’ampli suffisent. Si je repassais via une sono ou avec des moniteurs de retour à mes pieds, ce serait sans doute différent. Ce sont des fonctions qu’on trouve un peu futiles jusqu’au jour où on en a besoin.

Choix d’une banque et d’une image:

Le but de cette pédale n’est pas de vous donner une large palettes de sons, mais d’essayer de tirer le meilleur du son unique de votre guitare. Le son initial sera donc une composante importante du son final. Avec une guitare médiocre, j’imagine qu’il ne faudra pas attendre de miracles (si j’ai le temps, je ferai un test avec ma dreadnought Takerharu équipée d’une pastille Schaller, pour rire).

Il faut donc choisir un type de guitare le plus proche possible de la vôtre. Dans mon cas, le choix « orchestra » est donc imposé.

Le mode d’emploi propose une liste de couples de guitares/microphones. Les guitares sont définies par des couples de bois.

La banque 16 permet également de stocker 16 images téléchargées depuis la base de données Fishman Aura, et même d’installer une image réalisée sur mesure dans les laboratoires Fishman. Mais vous devez leur confier votre guitare et payer 199$ (hors transport et assurance).

Un tableau succinct des couples instrument/micro aurait pu trouver sa place sérigraphié sous la pédale. J’imagine des situations où il serait pesant de devoir se référer au mode d’emploi.

Le tout se fait facilement via un logiciel dédié (PC ou Mac), et le connecteur USB qui est intelligement recouvert d’un capuchon de protection en caoutchouc.

Une première impression … désastreuse, suivie d’une excellente surprise:

Je me suis branché, j’ai ajusté le gain, j’ai mis tous les EQ en neutre, supprimé les reverbs et ajusté la phase.

La première impression a été … une profonde déception. La banque « orchestra » sélectionné, l’image 1/16 donnait un son horrible à ma guitare. Un peu surpris, j ‘ai parcouru une par une les images disponibles, m’attardant sur certaines avant de les rejeter (Je n’ai pas détaillé le processus pour vous, puisqu’il est propre à chaque instrument).

Mais tout à coup, une des images a « collé » à ma guitare. Un son aéré, des basses rondes et claires et un bas médium rauque et précis, avec du bois et du métal. Sur 16 images, deux collaient à ma guitare. L’une un peu plus chaude que l’autre. C’est dans la logique de l’utilisation de l’Aura, mais ça surprend. On se surprend à être déçu de voir un si grand sélecteur avec si peu de positions exploitables.

En ajustant encore l’EQ et le mix du rapport son/image, je pouvais encore améliorer le son produit. Enfin pour finir, un peu de reverb ajoutée sur l’ampli.

Conclusion: Le saut qualitatif par rapport à une guitare amplifiée via un piezo seul est grand. Par rapport à ma guitare amplifiée avec l’ellipse blend, qui ajoute déjà des caractéristiques de microphone (air et présence, bruits), je ressens un moins grand progrès. Je dirais, si le son idéal était 10/10, piezo seul 4/10, piezo+ellipse 7/10 et piezo+aura 8-8.5/10.

Reste à savoir si ce gain justifie d’emmener l’engin (ET son transfo ET un multiprise) « on the road ». J’ai un faible pour la simplicité et le concept du « less is more », ma réponse serait donc plutôt négative à ce stade.

J’ai réalisé ce premier test rapide avec les images d’usine. Reste à voir si via les images disponibles sur le site Fishman, je peux encore augmenter le rendu sonore, ce qui justifierait d’ajouter la Fishman Aura à mon setup. Evidemment, en ce qui me concerne, avec un instrument et un style défini, si je devais opter pour une Aura, je me contenterais sans doute d’un modèle individuel (le « orchestra ») pour environ 250 € plutôt qu’une Spectrum à 400 €.

Je dois encore me pencher sur un test comparatif des performances sur le Fishman loudbox 100 et le Fishman Soloamp220. Et peut-être, pour le fun, avec ma Takeharu coréenne et sa pastille Schaller, pour rigoler un coup.

A suivre …

Lien Permanent pour cet article : https://guitar.vanlochem.be/prise-en-main-de-la-fishman-aura-spectrum-di-utilisation/

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>