fbpx

iRig Stream (IK Multimedia), premières impressions

Ca fait quelques semaines que je me prête à l‘exercice du streaming live sur Facebook(le lundi à 18h sur ma page Facebook, si ça vous dit). Si on ne veut pas se contenter du microphone interne du téléphone, tout juste bon pour parler (et encore), les ennuis commencent. La chose qui m’a le plus manqué est un indicateur de niveau sur la fenêtre de stream pour savoir si le signal envoyé est trop ou pas assez fort. Même une simple loupiote verte ou rouge m’aurait sauvé la vie.  Sans possibilité d’ajustement, le réglage du niveau est un cauchemar d’allers-retours incessants avec l’ordinateur. Faute de “mieux”, je me suis servi du Rode VideoMic Me-L jusque-là. J’ai trouvé “mieux” avec le iRig Stream de chez IK Multimedia. 

iRig Stream

iRig Stream, dans une boîte, une boîte quoi, jolie, mais c’est une boîte … 

Je vais commencer par un petit préambule à propos des problèmes que j’ai rencontré, désolé pour les impatients.

Apple, rends-nous le mini-jack !

J’ai une relation toxique avec Apple. J’adore leur environnement applicatif, et je déteste certains de leurs choix. Avec l’iPhone 7, Apple a abandonné le mini-jack, confiant tout signal entrant à son connecteur Lightning,  propriétaire. Aucun argument, en dehors du gain de place, n’a vraiment réussi à me convaincre du bien fondé de cette décision. D’autant que le gain de place est mis à mal par l’inflation de la taille du téléphone et des performances de batterie toujours un peu à la traîne. (Tollé chez les fanboys dans 3 … 2 … 1 …). Du coup, Apple a nourri le juteux marché des adaptateurs. Tout devient plus compliqué: il faut un adapteur Lightning minijack TRRS, un adaptateur TRS vers TRRS pour que le micro soit vu par le téléphone. Et il faut un adaptateur double Lightning TRRS pour charger son téléphone pendant qu’on streame.

Je me méfie un peu d’Apple qui est capable de nous sortir un Lightning 2 incompatible (tollé en vue) ou basculera vers le standard USB-C comme pour les iPads récents et les Macbooks (soulagement, mais mise au rebut des accessoires).

Retour sur mes tentatives infructueuses 

J’ai bien tenté de passer par les adaptateurs ou par mon enregistreur Zoom H5 comme interface audio avec un adaptateur USB vers Lightning. Le Zoom H5 est un bon enregistreur, mais ça marchait moyen. En effet, envoyer le signal d’une sortie casque ou ligne vers l’entrée micro du téléphone nécessite pas mal de tâtonnements. L’entrée microphone du téléphone ne reçoit pas volontiers un signal Line qui est entre cent et mille fois trop puissant. il faut mettre le volume au minimum. en jouant sur les demi-dixièmes de position entre l’indication 0 et l’indication 1 ! Au final, ça accentue les défauts des préamplis et se fait au détriment du ratio signal/bruit des circuits traversés. Ou alors on sature tout. Il doit y avoir moyen, mais ça devient compliquer à gérer, en plus du reste.

Avoir un micro qui se connecte directement au port Lightning sans enfiler des adaptateurs à la queue leu leu a été salvateur. La meilleure solution jusqu’à présent a été de confier le son de mes live à ce Rode VideoMic Me L. Je le recommande toujours, pour les applications simples ou un petit live à l’arrache pour teaser un concert au soundcheck, par exemple. Pas de réglages possibles, mais un son décent et la possibilité de pré-écouter via une prise casque. 

Rode VideoMic-Me L

Rode VideoMic-Me L, mon sauveur !

Il y a d’excellents micro-cravate en TRRS pour enregistrer la parole. Un de ces micros est d’ailleurs fourni avec mon Creator Kit de chez IK Multimedia. Une autre variante propose même un micro statique à tenir en main. Mais pour des sources multiples (micro guitare, ukulele, micro chant, ligne directe de l’ampli), l’idéal est d’avoir une table de mixage pour ajuster les niveaux avant de streamer le signal.

Du coup quand j’ai cherché une solution à mes problèmes, je suis tombé sur l’iRig Stream de chez IK Multimedia.

iRig Stream

iRig Stream

IK Multimedia à la rescousse !

La création de contenu, à même le coin d’une table est devenue un gagne-pain pour certains, une nécessité promotionnelle pour beaucoup d’artistes, et un nouveau marché pour les fabricants de matos. J’avoue, je suis un fanboy de IK Multimedia (mais pas du tout sponsorisé, hélas). Au départ j’utilisais leurs plugins (plus stables dans mon programme de montage vidéo que Waves) et peu à peu j’ai craqué pour certains de leurs gadgets de la série Content Creator: trépied, perches à selfie, micros

IK Multimedia, série Content Creator

IK Multimedia, série Content Creator

Ils ont le chic d’aller à l’essentiel, en mettant le doigt sur une solution simple et efficace, avec un prix taillé pour les acheteurs compulsifs. J’ai hésité à prendre un iRig Pre HD, mais je me retrouvais à utiliser les préamplis du iRig avec un nombre d’entrées limité à une ou deux maximum. C’était jouable, mais moins souple. J’ai eu l’impression que le iRig Pre servent surtout à l’enregistrement mobile et de ce point de vue, mon Zoom H5 fait l’affaire. J’avoue que voir le mot “stream” dans le nom du iRig Stream était rassurant.

L’iRig Stream, kessako ?

En résumé, pour la partie qui m’intéresse, c’est une interface qui permet de préparer un signal ligne entrant en RCA pour l’injecter dans un téléphone via la prise microphone de celui-ci. Avec un respect du niveau de signal (volume et impédance) et un contrôle de volume lisible (sommaire, mais précieux) et quelques fonctions supplémentaires. 

iRig Stream

iRig Stream  dans ta face

C’est un petit boîtier d’aspect solide de 10 cm sur 4 qui tient donc dans la main ou dans la poche. C’est un plastique soyeux en surface plutôt qualitatif au toucher. On verra comment il vieillira, j’ai eu des mauvaises surprises avec des plastiques doux au toucher. La face avant est occupée par un bouton rotatif de réglage de volume. Ce bouton est surmonté de trois leds. Bleu, si le son est trop faible, vert si le niveau est ok, rouge si c’est trop fort. Simplissime et efficace.

En bas de l’appareil se trouvent les connecteurs RCA. Bah, c’est le dada des DJ, perso je préfère des Jack ou des XLR, mais ici ce connecteur fait sens en termes d’encombrement et de destination. Pas de confusion possible, il ne s’agit pas de recevoir un signal instrument ou microphone.

iRig Stream

iRig Stream, dans ton euh … connecteur du bas … 

Boutons, connexions et (petite) déception

Sur le haut de l’appareil, une petite déception : l’iRig Stream propose un connecteur mini-DIN pour brancher les 3 câbles (fournis) : Lightning, USB A, USB C. 

 

 

 

iRig Stream

iRig Stream, Le tour du propriétaire … qui sort DIN ? 

Sur le côté gauche on trouve l’entrée pour l’alimentation (vendue séparément) qui permet d’alimenter le périphérique connecté à l’iRig. L’iRig Stream lui-même tire son énergie via le port USB ou Lightning et ne nécessite pas d’alimentation pour fonctionner. Un petit bouton permet d’activer le loopback qui permet de recevoir le son du périphérique via USB pour le renvoyer dans le stream. Cette fonction me semble un peu mystérieuse pour l’instant pour être honnête. Peut-être pour échanger dans un chat vidéo ? Un autre bouton permet de basculer le signal sortant pour sommer les entrées en une sortie mono. 

iRig Stream

iRig Stream prête le flanc à ma critique

De l’autre côté, on trouve un connecteur mini-jack TRRS. De part et d’autre, on trouve les contrôles de volume séparés pour les écouteurs et le micro. Fait rare pour un petit appareil, les boutons ont un index avec des numéros de 0 à 10 ! Du coup on peut choisir un réglage plutôt précis et le reproduire à l’envie sans tâtonner. La sortie casque permet la pré-écoute du signal. Le signal de l’entrée microphone est mixé avec le signal sortant. Vous pouvez éventuellement utiliser un micro-cravate pour parler pendant que vous streamez. Ceci pourrait être intéressant pour des tutos en streaming par exemple. J’imagine un scénario où votre instrument et les backings tracks sortent de votre ordi ou de la table de mixage, et votre commentaire arrive via un micro-cravate.

iRig Stream

iRig Stream, c’est ici qu’on s’écoute parler

La câblerie fournie comprend un câble mini-DIN vers Lightning, un câble mini-DIN vers USB-C et un câble mini-DIN vers USB-A,  En cas de perte de câble il faudra racheter des câbles spécifiques, mais la diversité promet une plus grande flexibilité et une durée de vie décente. 

iRig Stream

iRig Stream  prêt à tout pour plaire

Premiers essais

J’ai commencé par régler un son décent pour mes sources sur ma table de mixage. Puis j’ai utilisé la sortie mix pour envoyer le tout dans mon iRig Stream connecté à mon téléphone. J’aurais aimé que le petit cran du bouton de volume soit marqué en blanc, mais c’est un détail. L’important ce sont les leds au-dessus.

Fini de deviner le bon niveau ! Je n’ai même pas besoin de brancher un casque (mais je l’ai fait pour vérifier la qualité du son).

iRig Stream

iRig Stream, on peut difficilement faire plus clair, même pour un DJ !

Seul bémol peut-être, la guitare acoustique est un instrument très dynamique. Si on veut rester toujours hors de la zone rouge, on sera peut-être un rien plus bas qu’on ne voudrait. Un coup d’onglet sur la caisse ou un slap de corde un peu fort passera dans le rouge très brièvement. Je pense que comme souvent on peut ajuster pour être juste sous la limite et ne la franchir que pour quelques dixièmes de secondes. Et on peut ensuite facilement ajuster le niveau au vol si on tape trop haut trop souvent. Même sommaires, les divers niveaux font sens. Avec des niveaux bien ajustés au PFL, au 0 dB de sortie de la table de mixage, je me situe pile dans le vert sur l’iRig. Avec des niveaux bien ajustés, je peux même jouer sur le fader de mix pour contrôler mon volume sans devoir retoucher mon iRig (avec un petit coup d’oeil vers les leds).

iRig Stream

iRig Stream, solution de poche !

Conclusion

Par rapport à mon micro Rode VideoMic Me-L qui prenait toute l’image sonore de face, la différence est énorme. On sent que le niveau de signal nourrit bien l’entrée du téléphone. Le volume est accru, et on retrouve un son détaillé et précis et toutes les nuances dynamiques que j’attendais. Si on se contente de vouloir capturer une source avec un ou deux microphones, les iRig Pre conviendront également. Mais pour une vraie prise de son maîtrisée, l’iRig Stream, en lui ajoutant éventuellement une petite mixette compacte sera je pense la solution la plus flexible. La sortie casque est peut-être un peu légère, mais suffisante pour juger de la qualité du son. Comme son volume se règle à part, elle ne vous renseignera pas sur le volume sortant, il faut faire confiance aux leds.

Ca vaut un bon 9/10 sur mon échelle de piments ! Dans un monde où le streaming live s’impose, l’iRig Stream ne fait qu’un chose, mais il la fait très bien. Le gain de temps et de confiance est notable. Fini de se poser des questions sur le signal sortant.

L’envie de mettre un 10 m’a titillé. Mais ce ne serait pas cohérent de pardonner à IK Multimedia ce que je reproche à Apple quelques lignes plus tôt. J’ai retiré un point pour le connecteur mini-DIN et l’alimentation vendue à part. 

Je vais encore faire quelques essais pour confirmer tout ça. Faute de temps, je ne sais pas encore si je m’en servirai pour le prochain live. On verra.

1 ping

  1. […] la question de la diffusion du son en direct. Ma solution à base d’un accessoire l’iRig Stream est certes relativement coûteuse, mais elle est extrêmement pratique et […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.