Mai 21 2016

« Pourquoi pas » jouer dans le Carré ?

Les concerts se suivent et ne se ressemblent pas. Hier soir, ma femme et moi sommes sortis pour un concert au « Pourquoi pas » dans le Carré à Liège. Rien ne change, même si c’était sûrement mieux avant, le Carré reste un alignement de cafés un peu déglinguos dégueulant des décibels sur quelques jeunes attroupés sur les marches de l’entrée.

Pour moi c’est presque un pèlerinage à l’endroit qui m’a vu dilapider le précieux temps de ma jeunesse de la manière la plus plaisante qui soit : boire des pintes avec des amis en faisant un peu le fou-fou avec des filles (Note : beaucoup plus de pintes et d’amis que de filles). Le temps ne faisant rien à l’affaire, le « Pourquoi pas », que j’ai connu sous l’appellation « Trois Frères » fait un peu peine à voir, même si il n’a jamais été l’endroit le plus impeccable du monde, un peu de rénovation ne ferait pas de mal.

Pourquoi Pas - l'affiche

Pourquoi Pas – l’affiche

La soirée s’annonce sympa, « me myself and I » à 21h30, les Last Night Session puis les Kash Flowz pour finir. J’ai rendez-vous vers 21 heures pour un soundcheck rapide avant de jouer. Du moins, ça c’est la théorie…

En pratique, personne n’a encore fait de soundcheck et la batterie n’est pas encore montée. C’est sympa que personne s’énerve là-dessus, j’en connais d’autres qui …

Le Pourquoi Pas - montage

Le Pourquoi Pas – montage

Pendant que Didier, notre organisateur, dit Becky s’affaire, on boit quelques bières. Les Last Night Session jamment un peu au coin du bar pour passer le temps.

Le Pourquoi pas - Last Night Session

Le Pourquoi pas – Last Night Session

Je suis content que ma Lovely roadie soit là, j’aime beaucoup quand elle vient au concert. Elle prend son quart aux entrées. Des bières, des musiciens, de la musique des amis et ma lovely roadie, quoiqu’il advienne, pour moi la soirée est déjà réussie.

Je jette un œil sur les réseaux sociaux, comme d’habitude beaucoup d’intérêt et de messages de sympathie, quelques-uns s’excusent de ne pas venir. Sur Instagram la photo de mon matos prise le matin « cartonne » (oui, je vois ricaner les Instagrammeuses qui font 500+ likes avec un ongle peint ou quelques cm carrés de peau, mais moi je n’ai pas l’habitude, voilà).

Le Pourquoi Pas - mon matos

Le Pourquoi Pas – mon matos

La scène est enfin libérée et je peux m’installer, le réseau électrique est dans le même état que le bâtiment, et les masses repissent de partout dans l’enchevêtrement de multiprises. On peine un peu à trouver un son propre sans buzz (note to self penser à tester la sortie DI de mon ampli). L’éclairage est un peu en mode tout au néon blafard ou rien (mais en couleur et en mouvement). Le peu de lumière me gêne un peu, mais surtout regarder cette spirale de points lumineux me donne un peu le tournis. Je joue « Have a beer », what else ?

On se concentre et on attend la petite lumière d’appoint que quelqu’un est parti chercher. Après le second morceau, ça va mieux.

Le Pourquoi pas - David van Lochem

Le Pourquoi pas – David van Lochem

En tout cas, de ce que j’entends depuis la scène, le public est enthousiaste. Vu l’heure de retard accumulée, j’écourte mon set avec l’un ou l’autre regret pour des morceaux que j’avais envie de jouer.

Pour un des morceaux, j’ai droit à un accompagnement des Last Night Sessions (que je m’obstine à appeler les Late Night Session, allez savoir pourquoi). Un morceau « guitare – chant en yaourt – cajon ». Surprenant, mais ça le fait. Le cajon m’accompagne encore pour Wicked weasel.

Le Pourquoi Pas - guitar - Yaourt - cajon

Le Pourquoi Pas – guitar – yaourt – cajon

Mon set fini, je débarrasse le plancher pour laisser la place au Late Last Night Session. Petit set bien fun avec un titre « My name is Geoffrey » qui a son petit potentiel festif tubesque, si j’en crois l’enthousiasme des fans présents.

Le Pourquoi Pas - Last Night Session

Le Pourquoi Pas – Last Night Session

On écluse nos tickets boissons. J’avoue, je kiffe un peu ce petit parfum de nostalgie. Me retrouver là à chanter et bouger, une bière à la main en tenant une jolie fille par la taille, baigné dans le parfum de ses cheveux roux. C’est empreint d’une nostalgie plus douce qu’amère, contrairement à ma bière.

Le Pourquoi Pas - The Kash Flowz

Le Pourquoi Pas – The Kash Flowz

Finalement ce sont les Kash Flowz qui sortent l’artillerie plus lourde pour finir la soirée. J’aime beaucoup leur énergie, je serais bien resté mais le compteur du parking tourne et le babysitter dort dans le canapé. Il est temps de retourner vers la voiture. On fera le petit débriefing entre amoureux devant une assiette de pâtes.

Merci Becky pour l’invitation, c’est quand tu veux 🙂

Lien Permanent pour cet article : http://guitar.vanlochem.be/pourquoi-pas-jouer-dans-le-carre/

Mai 16 2016

Smartphone et musique : 10 bonnes raisons

Malgré tout le mal qu’on peut penser du smartphone et de l’aspect chronophage d’être connecté en permanence à Internet, il existe d’excellentes raisons pour un musicien d’en posséder un. Si, au delà de l’aspect gadget technologique, on considère qu’il s’agit avant tout d’un outil de travail, la perspective change quelque peu, et on peut même considérer cet achat comme un investissement.

UN smartphone pour le musicien, outil ou gadget ?

Un smartphone pour le musicien, outil ou gadget ?

On peut percevoir son smartphone comme un couteau suisse de la communication avec un téléphone, un annuaire, un agenda, un enregistreur, un bloc-notes, un appareil photo, une caméra vidéo et un client mail et internet.

Le smartphone est un téléphone. Merci pour ce rappel, Captain Obvious !

Le smartphone est un téléphone. Merci pour ce rappel, Captain Obvious !

Première bonne raison, le smartphone est un téléphone

Être disponible et joignable est une nécessité vitale pour un musicien. Dans le milieu de la musique vous êtes amenés à communiquer et vous organiser avec de nombreuses personnes. Organisateurs, autres membres d’un groupe, techniciens, élèves et parents d’élèves, autant de personnes que vous aurez besoin de contacter ou qui souhaiteront vous contacter.

Votre smartphone permet également d’envoyer et de répondre aux textos qui arrivent pendant le soundcheck demandant à quelle heure commence le concert et comment trouver la salle.

Le smartphone permet d’envoyer des emails

Un smartphone vous permettra de faire suivre un coup de téléphone d’un mail. Si l’organisateur vous demande une photo haute-résolution pour son affiche, ou une courte biographie, nul besoin de repasser par la maison et de démarrer l’ordinateur pour lui faire parvenir ce qu’il demande (à condition de l’avoir à disposition quelque part, par exemple sur votre site). Parfois la différence entre une date et pas de date tient dans votre temps de réaction.

Le smartphone permet de gérer son agenda et ses contacts partout

Savoir si on est libre à « telle date », retrouver les coordonnées d’un ami musicien pour lui envoyer un élève de sa région pour des cours, conserver les coordonnées des organisateurs pour organiser de futures dates, autant de bonnes raisons pour ne pas se séparer de son carnet d’adresse et de son agenda. Et en synchronisant avec ses applications de bureau, pas besoin de craindre de tout perdre en cas de perte ou de vol.

Le smartphone est un (parfois très bon) appareil photo connecté à Internet

Un petit selfie à la fin du soundcheck ou depuis la scène, un souvenir du chill-out en backstage, un petit teaser depuis le studio ou le tournage de votre clip ? Pour garder une trace de votre actualité et la communiquer vers vos fans, rien de plus simple que de prendre une photo pour la partager d’un geste vers votre compte Facebook, Twitter ou Instagram. Pour un smartphone récent, la qualité sera plus que suffisante et vous pourrez vous en servir pour construire votre image en ligne.

Le smartphone est une caméra vidéo HD connectée à Internet

Un petit snap avant le concert, un extrait d’une répétition, un teaser depuis le studio ou le tournage de votre clip ? Comme pour les photos, rien de plus simple que de filmer un petit clip pour le publier d’un geste sur Snapchat, YouTube, Instagram, Twitter ou Facebook, pour donner à vos fans un aperçu de votre univers visuel et musical.

Le smartphone est un GPS

Vérifier où un concert a lieu pour évaluer vos frais de déplacement et votre temps de trajet ? Perdu sur le trajet pour aller à la salle de concert ?  Ouvrez le mail de l’organisateur pour retrouver l’adresse, et vérifiez le trajet et la durée du trajet depuis votre téléphone.

Le smartphone a accès à un catalogue musical infini

Quel que soit votre besoin d’écouter de la musique, le smartphone vous permettra d’écouter presque tout ce que vous voulez, où vous le voulez, que ce soit récréatif, pour puiser de l’inspiration ou découvrir le travail d’autres artistes. Il vous permettra avec l’application adéquate d’identifier une musique qui passe à la radio ou lors d’une soirée et il vous permettra également de vérifier vos masterings dans les conditions d’écoute de la plupart des consommateurs de musique.

Le smartphone vous permet de rester connecté avec votre présence web

Un changement de date ou d’horaire, une communication urgente à vos fans ? Répondre à une question ou un commentaire sur votre page Facebook pendant un déplacement ? Tout cela devient possible avec un smartphone.

Le smartphone est connecté à Internet

Un doute sur la date de naissance de votre idole, sur l’auteur original de la reprise que vous allez jouer ce soir ? Envie de trouver une grille d’accords ou les paroles d’une chansons ? Envie d’en savoir plus pour pouvoir dire un mot sur le groupe qui vous succède sur scène ce soir ? Tout cela et bien plus se trouve sur Internet en quelques clics.

Le smartphone est une mine d’applications qui peuvent vous faciliter la vie de musicien

Métronome, accordeur, référence de théorie musicale, organisateur de setlists, bloc-notes, enregistreur nomade.

Avec toutes ces fonctions, le smartphone vous permet d’être à la fois community manager, tourneur, jukebox, agent, bookeur, bloc-notes audio, photographe officiel et vidéaste de backstage depuis la poche de votre jeans.

Ca vaut la peine d’investir un peu, non ?

Lien Permanent pour cet article : http://guitar.vanlochem.be/10-raisons-musicien-davoir-smartphone/

Mai 12 2016

Les écouteurs Plantronics Backbeat Pro

Avec mes deux heures et demi de train de trajet pour le boulot, j’ai pas mal de temps devant moi pour écouter de la musique. Des bons écouteurs font partie de l’équipement du bon navetteur prévoyant. C’est aussi une manière de s’isoler du bruit ambiant pour lire ou simplement se reposer.

Il y a bien longtemps mon frère m’avait prêté un casque à réduction active de bruit. Pour quelqu’un qui prend régulièrement l’avion, ce dispositif est presque un incontournable. J’y avais pris goût et ne l’avais rendu qu’à contrecœur. Malheureusement les casques dotés de ce dispositif restaient assez onéreux, surtout pour quelqu’un comme moi qui a tendance à maltraiter son matériel nomade.

Quand j’ai entendu tout le bien qu’on disait du Backbeat Pro de chez Plantronics, qui propose un paquet de fonctionnalités tout en restant sous la barre des 200 euros, j’ai décidé d’y jeter une oreille, puis les deux.

Les écouteurs Plantronics Backbeat Pro

Les écouteurs Plantronics Backbeat Pro

Cette paire d’écouteurs de type serre-tête circum-aural propose une liaison Bluetooth et toutes les commandes de lecture musicale et de prise d’appel directement au niveau des écouteurs. Il peut être utilisé en mode filaire avec un câble (fourni) et se recharge avec un cable micro-USB/USB (fourni). Le câble USB sert également pour les mises à jour du firmware, la modification de la langue de l’interface et quelques réglages. L’emballage est classe et un sac de transport est fourni.

Il pèse un bon 358 grammes, on sent bien sa présence affirmée, mais il est confortable. Sa construction circum-aurale et sa finition en simili-cuir risqueront sans doute de se faire remarquer un peu plus chaudement pendant la période estivale. Mais l’avantage est que l’isolation passive contre les bruits extérieurs est bien marquée.

Un look un peu… brut de décoffrage.

Son look n’est clairement pas de nature à remporter un concours de design minimaliste, mais de nos jours on peut même aller faire de la musique à la télé avec un bonnet sur la tête, alors son look utilitariste ne devrait pas nous retenir. Les petites touches de couleur, les bouts de métal apparents, la discrète élégance des led montrent une attention prêtée

au détail. J’ajoute, que je ne suis pas un grand fan des intra-auriculaires qui ne tiennent pas en place et me gênent assez rapidement.

Autant de boutons qu’un adolescent acnéique et bien plus utile

Un petit bouton à l’arrière de l’oreillette droite allume l’écouteur, une rangée de led bleues donne un aperçu de l’état de charge de la batterie (non-amovible). Une mélodie confirme l’allumage, une voix donne l’état de la batterie et l’état d’appariement Bluetooth. Je ne l’ai pas testé, mais le casque gère l’appariement multipoint qui permet de répondre à un appel sur son téléphone tout en écoutant de la musique venant d’une tablette. Une molette encerclant l’oreillette droite permet de régler le volume (une voix signale les niveaux maximum et minimum et des bips suivent la progression), la même molette à gauche permet de naviguer en avant et en arrière entre les morceaux.

En appuyant sur l’oreillette droite, on décroche ou raccroche, une pression longue active la commande vocale du téléphone. Sous l’oreillette un petit bouton mute baisse le volume de la musique et active les micros extérieurs pour écouter une annonce en gare, ou répondre à quelqu’un qui vous parle. L’amplification des voix vers l’avant en fait un vrai micro-espion pour écouter une conversation à la table d’à-côté.

En appuyant sur l’oreillette gauche, on démarre ou interrompt la lecture de la musique. Outre la molette de navigation dans les playlists déjà mentionnée, sous l’oreillette on trouvera le connecteur mini-jack pour l’utilisation en mode filaire et le connecteur micro-USB. Le casque dispose de capteurs qui interrompent également la lecture dés qu’on l’enlève, ce qui s’avère bien pratique. Il suffit de le remettre et de redémarrer la lecture pour reprendre la lecture là où on l’avait laissé. Le casque se met en veille automatiquement lorsqu’il est déconnecté. Cela permet d’économiser la batterie des écouteurs dont l’autonomie annoncée est de 24 heures en écoute, avec un temps de recharge de 3-4 heures. La portée annoncée est de 100m, mais je doute me trouver un jour à plus de 50 cm de mon nouveau smartphone.

Outre la multitude de fonctions, ce qui a attisé ma curiosité c’est tout le bien que j’ai pu lire à-propos de ces écouteurs du point de vue du son.

Je confirme ce que j’ai lu à propos les basses présentes sans être exagérément amplifiées, un bas-médium net et défini et des aigus plus que décents.

Les basses ont du « oumph » sans transformer le reste du spectre en bouillie. Une guitare acoustique en solo trouve son chemin sans se faire écraser tout le bas médium du spectre (c’est « LE » problème que je relève le plus souvent avec les casques audio). Si les aigus sont corrects, ils ne sont pas excitants non plus. On peut disserter sur la neutralité du son qui est flatté sans excès et les harmoniques perdues dans les aigus, mais bon ça reste un casque audio d’entrée de gamme. J’ai connu plus neutre, mais j’ai aussi connu des écouteurs au son aussi coloré que le nouveau logo Instagram dans une gamme de prix plus élevée. Il reste à voir si vous trouverez votre bonheur en fonction des styles de musique que vous écoutez. J’ai pu apprécier la sensation de profondeur de la basse sur quelques extraits du festival Tomorrowland. Idem pour l’électro, avec peut-être ce manque de lustre dans l’aigu qui se fait remarquer. Les basses et guitares mordantes des classiques rock m’ont l’air bien rendues. Je ne me prononcerai pas pour le métal, c’est pas trop ma came.

L’atténuation du bruit ambiant sans être au niveau des premiers de la classe n’est pas un gadget, loin de là. L’effet est bien marqué sur les sons continus comme les ventilateurs et les sons de basse fréquence des transports, il atténue également le bruit des conversations distante ce qui peut s’avérer pratique au bureau. Je note que la manipulation des divers éléments et boutons du casque n’est pas particulièrement silencieuse d’un point de vue mécanique.

J’ai une préférence pour le son avec l’atténuation de son activée. La spatialisation ou l’égalisation ont un je-ne-sais-quoi de plus vivant.

Les écouteurs Plantronics Backbeat Pro

Les écouteurs Plantronics Backbeat Pro

Verdict ?

Je sens qui ces écouteurs et moi on va être très copain pour les prochains mois à passer dans le train. Vu le nombre de fonctions proposées par ces écouteurs avec un look correct sans être excitant, mais un son bien défini pour un prix tout à fait abordable avec le Bluetooth et une bonne atténuation du bruit active et passive, ça vaut un bon 9/10 sur mon échelle de piment.

Piments9-10

Lien Permanent pour cet article : http://guitar.vanlochem.be/test-ecouteurs-plantronics-backbeat-pro/

Articles plus anciens «