fbpx

Les guitares à effets intégrés ? Gadget ou pas ?

Ce sera plus une réflexion personnelle qu’un test de matos que je vous propose. Je vois passer régulièrement des guitares dopées avec de la technologie, elles font le buzz avant de sombrer dans l’oubli. Et quand je dis qu’une guitare fait le buzz, ça ne veut pas dire qu’il faut rerégler le manche. Non, un vrai buzz autour d’une innovation technologique dans le monde plutôt conservateur de la guitare acoustique. Autant le dire tout de suite, Lâg ou Yamaha ne sont pas des clowns. Quand ils annoncent des modèles de guitare Lâg HyVibe ou Yamaha TransAcoustic intégrant un système qui permet d’ajouter des effets sonores au son de la guitare en acoustique, sans amplification, forcément ça m’intrigue. Gadget ou pas ? Je demande à voir !

Note : Raph du magasin Fraipont Musique à Verviers m’avait gentiment proposé de tester une Lâg HyVibe  qu’il avait en magasin pour vous en parler. Vu les circonstances, ce test n’aura pas eu lieu, on se contentera de mes (gros) préjugés. Mais allez-y, dès le déconfinement, ils sont de très bon conseil. Et je pensais déjà ça avant qu’ils ne proposent de me prêter cette guitare. Ils ont des tas et des tas de belles guitares et les bons conseils qui vont avec.

Le concept des effets intégrés

Les guitares à effets intégrés ?Yamaha TransAcoustic ou Lâg HyVibe, gadgets ou pas ?

Les guitares à effets intégrés ?Yamaha TransAcoustic ou Lâg HyVibe, gadgets ou pas ?

Intégrer les effets dans la guitare sans amplification est une idée qui est dans l’air. Il est un peu tôt pour parler d’une évolution ou d’une révolution. Le principe technique est toujours de faire vibrer mécaniquement le corps de la guitare pour ajouter l’effet au son acoustique de l’instrument. En utilisant la résonnance naturelle de l’instrument, l’effet se fond complètement avec la sonorité propre de la guitare. Yamaha propose sa série TransAcoustic avec reverb et chorus. ToneWood Amp propose un boitier qui permet de rétro-équiper une guitare avec un dispositif qui ajoute des effets, toujours sur ce même principe.

À terme, il est question de proposer des kits HyVibe pour faire rétro-équiper des guitares existantes par des luthiers agréés.

Pourquoi intégrer des effets ?

Quand je joue de la guitare, je ressens les notes comme une sorte de matière que je sculpte par l’interprétation. Donner de l’ampleur dans le temps et dans l’espace à certaines notes, avec une réverbération par exemple, peut donner une plus grande marge de manœuvre au niveau de l’expressivité. Mais je n’ai pas envie de sortir l’ampli pour me brancher chaque fois. Du coup, j’aime jouer dans ma salle de bain qui a une réverb naturelle. Et je n’aime pas trop jouer dans une pièce sourde qui écrase le son. En gros, avec ce genre d’effets, je mets ma salle de bain dans ma guitare et je l’emporte partout avec moi. 

Outre l’envie d’être créatif, l’autre aspect est de pouvoir varier les sonorités pour jouer un solo sur une boucle de looper ou de se démarquer dans une jam à plusieurs guitares.

Mes a priori sur les guitares Lâg 

Lâg c’est de la lutherie moderne très correcte, bien propre, bien finie sans toujours être bouleversante, avec un son plutôt typé moderne aussi, chaud, limite trop propre à mon goût. Ça manque parfois un peu de personnalité, mais avec l’avantage d’aller avec tout,  comme le ketchup. Souvent les guitares manquent un peu d’overhead dans le bas médium et les basses si on joue dur, mais la séparation des voix est bien nette.

Ce sont de très bonnes guitares tout terrain. Elles conviennent bien au strumming, mais les dreadnoughts ne sont pas forcément les plus équilibrées pour le fingerpicking.

Le système HyVibe

Pour montrer que cette guitare renferme un système novateur par ailleurs assez discret, il fallait des indices visuels. Un bleu nuit, le log HyVibe. Ces touches de couleurs ne seront peut-être pas au goût de tout le monde. Ça me rappelle un peu ce que Martin a fait pour donner un look moderne à la Martin Ed Sheeran avec des touches de vert fluo, de bleu. Sauf que ces pointes de couleur étaient sans doute tout ce qu’il y avait de moderne sur la Ed Sheeran signature. 

Le système est composé d’un préampli, d’un capteur sous le chevalet et de deux activateurs qui influencent la vibration de la table d’harmonie pour produire les effets sonores. Le préampli a un écran, des boutons de contrôle et se connecte à votre téléphone via le Bluetooth.

Mes a priori sur les effets

Le système Hyvibe a l’air sympa pour les effets « classiques », peut-être un peu trop ouf pour les effets de modulation plus décalés ou datés. Qui utilise encore un chorus ou un trémolo ? Qui met de la disto sur sa guitare acoustique ? Mais parfois des gens créatifs ont des idées qui marchent.

En lisant les possibilités offertes par le système HyVibe j’ai repéré quelques options intéressantes pour bosser/apprendre, comme le looper, la fonction baffle BT pour une backing track et l’inévitable métronome.

La guitare n’est sans doute pas hyper-utile branchée (le système HyVibe physico-mécanique se coupe), et je me demande si les effets sonnent pour un vrai gros live (et manipuler ses réglages avec son téléphone ? Déjà pour le système F1 de Fishman avec des boutons et des menus, j’avais un doute sur la praticité. Si on peut faire des presets à rappeler, tant mieux. Mais sur du plus gros live, c’est parfait pour se prendre la tête avec l’ingé son qui « aimera » bcp de recevoir le son avec les effets.

Le système TransAcoustic de chez Yamaha

En toute subjectivité, ce système m’emballe un peu plus. Il me semble plus simple, plus pratique. Et la guitare de base semble sonner très bien si j’en juge d’après les tests. Ou en tout cas elle sonne plus comme le son que MOI j’aime avoir dans l’oreille. Point de vue très subjectif.

Mon avis … 

Il y a peu de vérités dans le domaine des instruments, il y a des choix, des traditions ou des rupture par rapport à celle-ci. Le reste est question de budget, d’envies ou d’opportunités.

En petit live créatif, concert en appartement ou une session acoustique avec les effets classiques ou plus ou moins foufou, pourquoi pas ? Même si le son de la Yamaha me parle, pour bosser, apprendre, créer, la Lâg a des sérieux arguments avec un métronome, la possibilité de jouer un backing-track en bluetooth ou encore un métronome. 

Aux alentours des 1000 €, ces guitares ne sont pas des jouets, loin de là. Je les vois bien pour les soirées gratouille délire avec des potes pour mettre un peu de fun dans le son. Pour un chanteur/youtubeur de chambre à coucher, ça permet de doper un peu le son sans sortir trop de matos. Et pour jouer au camping et pécho en jouant du rock avec la disto et un backing track on a de quoi dépoussiérer un peu le répertoire. Plus jeune, j’aurais kiffé. Je suis peut-être trop vieux pour ça, mais la manipulation avec le téléphone me saoule déjà d’avance. J’aime bien oublier les réseaux quand je fais de la musique.

Et que faire si je tombe en panne de batterie ?

Peterson Strobo Plus HD, un bon métronome ? (suite)

J’ai craqué. Bien que le procédé m’écœure, j’ai acheté la fonction métronome pour mon accordeur Peterson Strobo Plus HD. D’une part parce que je trouve pratique d’avoir un appareil tout-en-un (qui devrait d’ailleurs être vendu en tant que tel, comme Guillaume) et parce que ça me fait un petit bout de test à écrire en plus.

Peterson Strobe Plus HD

Peterson Strobe Plus HD

Je l’aime d’amour

Il est beau, il est nouveau, il sent presque bon le sable chaud. Je l’aime bien cet accordeur. Le fait qu’il soit lisible de loin sans trop d’effort m’est précieux. Contrecarrer la rotation de l’affichage, la voir ralentir puis se figer ou repartir à contresens est assez intuitif. Cette impression est un peu biaisée par le fait que je prends le temps de bien m’accorder avant de jouer. Ma guitare me semble plus juste grâce à l’accordage tempéré et la précision de l’affichage. 

Connecté au web, via le site Peterson

L’accordeur se connecte à un ordinateur via un câble USB micro USB type B. De manière un  peu surprenante, tout se passe via un add-on au navigateur Google Chrome qui prend vie quand on est connecté au site web du fabricant. Les mises à jour du firmware passent par le même chemin. On peut y personnaliser les réglages de l’accordeur. Les accordages particuliers peuvent être organisés pour y avoir accès plus rapidement. On trouve toutes sortes d’accordages optimisés ou tempérés pour des tas d’instruments. Du système d’accordage Buzz-Feiten aux harmonicas, sitars et ouds en passant par les accordages exotiques pour des instruments de la world music. Assez peu d’intérêt pour moi, mais si ça peut servir à d’autres.

Peterson Strobe Plus HD

Peterson Strobe Plus HD

C’est aussi via cette connexion qu’on achète et débride le métronome pour 30$. C’est pas cher pour un métronome, c’est cher pour un addon. Mais par contre, le site est extrêmement bien documenté, avec un vrai support technique très pro. Cela en vaut-il la peine ?

Alors, ce métronome, il Peterson bien ?

Comme l’accordeur, le métronome du Peterson Strobo Plus HD est très lisible, même de loin. Il affiche une led, une aiguille et un puissant signal sonore. On peut choisir un son de rimshot, de clave, de wood block ou un simple bip. On peut choisir le tempo, la métrique, les subdivisions. Avis aux amateurs : il y a un nombre incroyable de presets, avec tout ce qu’il faut de rythmes latins et des subdivisions exotiques. Le bouton rotatif permet de sélectionner et de changer facilement les paramètres. Les larges boutons et le bouton rotatif sont un plaisir à manipuler avec des onglets.

On peut acheter une sorte de vibreur à attacher à la ceinture pour ressentir physiquement le tempo. Certains disent que la sensation est plus organique et que cela évite que le son du métronome ne brouille l’écoute. Je ne suis pas intéressé.

On peut préparer et stocker ses propres presets. Très pratique pour travailler une setlist. Pour mon live Facebook j’ai préparé le métronome pour pouvoir passer simplement au morceau suivant d’un tour de molette. Je retrouve la facilité de mon métronome Tama, la mémoire en plus.

Espèce de conclusion

Je m’en veux un peu d’avoir craqué pour cet addon pour mon accordeur Peterson, mais à l’usage je suis fan. Comme dit le proverbe, un nouveau marteau cloue toujours mieux qu’un vieux. Evidemment, je suis psychologiquement biaisé par un réflexe de corroboration à posteriori d’un achat compulsif dont le concept de vente me déplaît. Je subis également un biais de snobisme (effet Veblen), il est cher, il est beau, il est pro, il a un look couillu : qui suis-je pour en dire du mal maintenant que je l’ai payé. Je passerais pour un crétin.

Mais quand même, je lui mets 8/10 sur mon échelle de piments, parce que je me suis bien fait biaiser. Mais j’étais consentant.

 

Live 2 – le debriefing

Cette semaine, j’ai bien perdu mon temps.

Avant le live j’ai testé 1001 configurations pour diffuser un joli mix via mon iPhone. En mixant la sortie directe de l’ampli avec un micro pour donner un peu d’air au son qui est un peu trop compact sans ça. Sur la table de mixage, le son est à tomber, quasi album-esque. Hélas, une fois passé par l’adaptateur minijack-lightning, il ne reste qu’une bouillie infâme pleine de distorsion et de clipping. Je maudis Apple d’avoir supprimé le connecteur minijack TRRS de leurs téléphones. Tout devient plus compliqué, charger son téléphone en streamant, préécouter le son … 

D’autre part, ce serait sympa si on pouvait avoir indicateur de niveau pour les lives. Allo Facebook ? 

Et en USB ?

Même en utilisant mon enregistreur Zoom H5 comme interface audio USB via l’adaptateur du camera kit d’Apple, je n’ai pas obtenu de résultats satisfaisants, même s’il y a une piste à explorer. Au bout d’un moment j’ai décidé d’arrêter de m’obstiner avec tout ça  et je suis repassé à la version simple avec un microphone Rode Vidoemic ME-L connecté directement sur le port du téléphone. L’important c’est de faire et de partager de la musique. Si je passe tout mon temps à faire un beau son, puis à mal jouer parce que je me suis pris la tête avec ça, je passe à côté de l’essentiel.

La musique, parlons-en !

Ben, je suis plutôt content. “Caravansérail” est très bien passé, et m’a valu plein de commentaires sympas. C’est le morceau qui m’a donné envie de continuer à faire des concerts. La première fois que je l’ai joué en public, il s’est passé un truc. Un vrai trip. Au fil du morceau, l’air est devenu plus dense, le public voyageait avec moi. Les gens sont entrés dans la bulle avec moi. Et à la fin, il y a eu ce quart de seconde d’apesanteur avant les applaudissements. Ca, c’est la vraie drogue du live. Une drogue à accoutumance. 

Evidemment, on ne retrouve pas cette ambiance en vidéo ou en live Facebook, faute du contact organique avec le public. Cela arrive surtout avec les ballades. Si le confinement se prolonge, je ferai peut-être un set spécial avec mes ballades “impressionnistes”.

La musique, parlons-en moins !

“On” me fait remarquer que je parle un peu beaucoup entre les morceaux. Il y a toujours eu débat autour de ce point. J’aime raconter des histoires, en mots et en notes. Je me vois mal enquiller trois morceaux façon groupe de rock avant de demander “Caaa vaaaaa, vous êtes lààààà ?”. Peut-être que le fait d’être “un peu trop à l’aise à la maison” a provoqué un petit relâchement. C’est p’t’être un peu longuet.

Parfois ce temps est nécessaire pour me réaccorder, mais pas toujours. Je vais resserrer les boulons et rééquilibrer “blabla” et “musica”. Faut réfléchir à ses ornières de temps en temps.

Après l’effort, le réconfort 🙂

En tout cas merci pour l’écoute !

Mel Bay’s Guitar Journal : Technique (sold out ?)

Ils sont difficiles à trouver, parfois vendus très cher en occasion, mais j’adore cette série de bouquins publiés chez Mel Bay. Il existe diverses monographies dans cette collection : Blues, Fingerstyle, Flatpicking, Jazz, Mastering the fretboard, Rock, Sacred, Scales, Chords, Flamenco … J’ai réussi à mettre la main sur cette perle : Mel Bay’s Guitar Journal : Technique. Je le cherchais depuis un moment, je l’avais commandé et il était en rupture de stock partout. Ils existent en format Kindle ou e-book, mais le portage est médiocre et difficile à lire, à moins de disposer d’une grande tablette ou de lire sur un écran d’ordinateur.

Mel Bay's Guitar Journal :Technique (sold out ?)

Mel Bay’s Guitar Journal :Technique

Ce papier, cette main !

En imprimerie, comme pour la guitare, la main est importante. Techniquement les carnets sont superbement réalisés. La couverture rigide, la reliure spirale couverte et le papier de qualité supérieure promettent de belles heures de travail. Grâce à la couverture rigide et à la spirale, le livre reste ouvert à plat sur le lutrin ce qui est un confort non négligeable.

Mel Bay's Guitar Journal :Technique (sold out ?)

Mel Bay’s Guitar Journal :Technique

Un livre pour les obsédés, pas pour les débutants !

Celui-ci est un guide de référence des études et des solos dans plusieurs genres différents. Ce superbe volume sur la technique couvre les échauffements, les études en picking, le string skiping, le trémolo, les triolets, le cross-picking, les intervalles, les études linéaires, les hammer-on et les pull-off, et le jeu en aller-retour. 

Evidemment, il est facile de se créer ce genre d’exercices soi-même avec un peu d’imagination. Mais en avoir un paquet compilé d’avance est bien utile, et permet de sortir des sentiers battus et de sa zone de confort.

Mel Bay's Guitar Journal :Technique (sold out ?)

Mel Bay’s Guitar Journal :Technique

Tous les exercices ont des études adaptées au sujet étudié. Le livre ne contient que des exercices, pas de textes. De temps à autre, une instruction sommaire. Mais la notation est propre, lisible et détaillée. Les débutants n’y trouveront pas leur compte. Ce livre nécessite de bonnes connaissances en lecture. Comprendre l’articulation et la mécanique des doigts sera utile pour saisir le sens des exercices. Il sera parfait pour m’échauffer en travaillant le rythme au métronome et la précision.

Maintenant que je passe de nouveau un peu plus de temps à jouer, m’échauffer en apprenant des choses me semble essentiel. Mais j’en avais assez des gammes chromatique. Vive la variété (des exercices).