fbpx

Quelques mythes à propos de l’apprentissage de la guitare …

1. Il me faut une guitare chère pour débuter !

Quel que soit le prix que vous mettez dans votre guitare, il faudra développer la coordination et entrainer les automatismes spécifiques liés à la pratique de l’instrument. Si vous avez un instrument décent sans problème de réglage ou vice notable, comme le sont la grande majorité des instruments grâce aux progrès du travail de haute précision automatisé du bois. Il vaut mieux garder son argent pour le jour où on saura vraiment déterminer ce qu’on veut.

2. Il faut jouer beaucoup !

Au début, pour développer la coordination et la motricité, il vaut mieux faire de nombreuses petites séances, plutôt que d’aligner de longues heures de jeu. Il faut aussi être exigeant et travailler. Polir et repolir ses faiblesses, au lieu de tourner inlassablement sur ce qu’on sait faire. Il ne faut pas négliger les échauffements et les exercices pour ne pas se blesser, et surtout garder du plaisir.

3. Il n’y a qu’une seule méthode valable qui est …

… celle qui vous convient. Il n’y a pas de vérité universelle concernant la guitare. Certains apprentissages seront plus appropriés à certains styles de musiques. L’important est de prendre une direction qui vous séduit et de s’y tenir pour en tirer le meilleur.

4. La technique c’est secondaire !

Un style vous imposera des contraintes techniques, par exemple, de choix de doigtés ou de timing, pour atteindre un résultat sonore déterminé. C’est là que votre détermination à obtenir le résultat attendu fera la différence. La plupart de ces techniques ont été polies par des milliers de musicien ayant joué des millions d’heures, et vous y prendre autrement ne retardera que le moment où vous devrez apprendre à vous y prendre correctement (à moins de viser un résultat différent).

5. La technique c’est l’essentiel !

D’autre part, la technique ne fait pas tout. Le plaisir, l’émotion prennent une grande place dans la musique et développer une virtuosité stérile ne vous mènera pas bien loin , bien que de nos jours, YouTube se fait fort de buzzer quelques virtuoses secs sur une ou deux vidéos démentielles qui accoucheront d’un album un peu pénible à écouter d’une traite (mon avis, conjugué à l’imparfait du subjectif).

Laisser un commentaire

Votre adresse ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.