Décortiquer un doigté, encore un exemple !

banner

Les doigtés

Lorsqu’on déchiffre des tablatures, la question des doigtés (main gauche et main droite) finit toujours par se poser. J’avais déjà abordé cette question,  en voici une autre illustration.

Dans cet extrait d’un morceau de Jacques Stotzem, le « bar du canal » (aka « Bonus rag »), comment aborder le passage suivant:

Bar du canal

Bar du canal (extrait)

Le morceau est un ragtime-blues avec une petite touche de modernité dans le son. Jacques Stotzem joue avec le pouce, l’index et le majeur de la main droite.

La main gauche

Nous pouvons choisir de barrer 3 cordes à la 9ème case, de poser 3 doigts (un par corde), d’utiliser une corde à vide (le Si) ou de bloquer cette corde en l’étouffant entre deux doigts.

Sans recourir à l’harmonie, nous pouvons gratter les accords du morceau et voir si la dernière option s’intègre à la sonorité générale (tendez l’oreille pour saisir non pas l’essence de l’accord qui reste la même, mais sa coloration en fonction des notes ajoutées (add2, sus4, etc …). Pour ma part, je préfère le doigté étouffant  la corde de Si, qui sonne bien dans l’esprit du morceau. Le troisième temps de la seconde mesure du trait nous donne également une indication précieuse à cet égard.

Par rapport à la position d’accord qui précède, nous descendons une note d’un demi-ton sur la corde la plus aiguë.

Le meilleur moyen pour ne pas couper net le son en gardant la note de Do# sur la corde de Sol et respecter l’aspect coulé de notre descente est clairement d’utiliser le majeur et l’annulaire pour faire l’accord, ce qui permettra d’utiliser l’index au moment du changement. Nous pouvons ainsi garder la même position d’accord, avec le majeur et l’annulaire de la main droite, et jouer les deux dernières positions avec le majeur et l’index, ce qui permet de garder la sonorité constante sans devoir faire de grands changements.

La main droite

Nous pouvons jouer pouce, index, majeur … l’autre alternative est de jouer une alternance stricte du pouce et de l’index.

Doigté main droite 1ère alternative

Doigté main droite 1ère alternative

Doigté main droite 2ème alternative

Doigté main droite 2ème alternative

Je préfère cette seconde option, pour diverses raison.

– en jouant à trois doigts, le majeur joue « mourant » sur la 3ème note  du trait, suivi d’un slide vers le bas … ce qui donne une impression de diminution de la dynamique
– l’alternance pouce- index sur un trait marquant la transition entre plusieurs parties d’un morceau est un classique du ragtime
– au contraire, en jouant l’alternance, on conserve un côté enlevé et vivant au morceau
– en alternant, le timing est meilleur et on peut se servir du rebond sur les cordes pour articuler cette phase délicate
– il y a une sorte d’élégance dans le mouvement (bon, ok , c’est pas vraiment un argument)

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.