Shopping : un capodastre pour mon ukulélé

Shubb ukulele capo

Shubb ukulele capo

Le capodastre, ou capo, est un petit assistant à avoir dans son sac. Pour faire court, il sert à transposer un morceau sans changer les doigtés d’accords.

Que ce soit pour la guitare ou le ukulélé, le principe de fonctionnement d’un capodastre est relativement simple : il pince le manche de l’instrument pour raccourcir les cordes.

C’est un moyen simple de faire correspondre ce que vous jouez avec la tonalité nécessaire pour un chanteur ou un autre instrumentiste. Il vient à point quand on utilise pas mal d’enrichissements d’accords, voire des parties instrumentales arrangées qu’on ne souhaite pas ré-arranger dans une autre tonalité. Les puristes diront qu’on peut tout réarranger, mais quand on connaît un peu la guitare, certaines choses sont plus fluides dans des doigtés bien définis (cf. la vidéo en exemple en dessous ce l’article). C’est tout de même  plus facile d’utiliser un capo que de changer de chanteur ou de lui faire prendre des hormones pour le faire changer de tessiture.

Une utilisation moins connue pour le capodastre est qu’il peut servir à maintenir les cordes d’une guitare pendant qu’on travaille sur des frettes, ou au niveau de la rosace ou du chevalet.

Au niveau des inconvénients de cet outil, on peut citer que l’accordage et le son de l’instrument peuvent être altérés, il peut laisser des marques sur le bois de l’instrument et il rend paresseux en ce qui concerne la transposition.

Je me trouve justement dans une situation ou je dois accompagner une chanteuse qui est une adepte du capo sur sa guitare. Vu qu’il s’agit d’un plan occasionnel, je souhaite l’accompagner au ukulélé sans devoir jouer tout un morceau avec des barrés de C# toutes les deux mesures.

Différents systèmes de fixation existent : élastiques, pinces à ressort, crémaillères, pinces à visser, ainsi que toutes sortes d’innovations révolutionnaires qui vont et viennent au gré des modes. J’ai fait une croix depuis de longues années sur les modèles à élastiques ou à crémaillères qui, de mon expérience, finissent par marquer le vernis du manche et dont la tension ne se règle généralement qu’entre « beaucoup trop serré », et « pas assez serré ». Ils sont encombrants et une plaie à manipuler à une seule main. Quand il faut changer rapidement de tonalité entre deux chansons, la manipulation doit être rapide et précise.

L’offre n’est pas très grande pour les ukulélés.

Mon attention a été attirée par un modèle chez Kyser, que je trouve un peu encombrant à mon goût, même s’il est un des plus rapides à placer d’une seule main. Il permet même de changer de tonalité en cours de morceau, mais même visuellement je le trouve trop présent. Un autre candidat possible était le G7th ukulele/banjo capo, dont j’apprécie le design high-tech, mais que je trouvais un peu cher. Je dois reconnaître qu’il y a une part de subjectivité dans ce genre de choix, indéniablement.

G7th - Shubb - Kyser ukulélé capo

G7th – Shubb – Kyser ukulélé capo

Je me suis rapidement orienté vers une référence du genre, que je connais pour la guitare, le Shubb. Son mécanisme de fermeture ingénieux se propose de pincer le manche sans déplacement latéral des cordes, ce qui garantit à l’instrument de rester accordé.

Shubb ukulele capo

Shubb ukulele capo

Grâce à une petite vis, la pression exercée sur les cordes est réglable avec précision, suivant la règle « autant que nécessaire, aussi peu que possible ». Des matériaux qualitatifs, une finition irréprochable et un fonctionnement prévisible et fiable, je ne demande que ça.

Shubb ukulele capo

Shubb ukulele capo

J’ai opté pour le modèle en laiton qui est un peu plus lourd et qui convient aux instruments à long diapason, comme les ukulélés ténors. Il existe en version light qui conviendra mieux aux petits instruments … et pour finir de plaire à tout le monde, il existe en différentes couleurs …  et les pièces synthétiques peuvent être remplacées et sont disponibles, ce qui est un gage de durabilité.

Shubb ukulele capo - couleurs

Shubb ukulele capo – couleurs

Ça peut sembler un détail pour vous, mais comme le fait remarquer Tommy Emmanuel dans une vidéo « une fois sur scène, vous êtes seul, tous ces détails sont votre univers tout entier, et tout doit être aussi parfait que possible ».

Et en pratique, ça donne ceci :

https://youtu.be/ckMT4bg3IvU

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.