Tablatures trop longues … des solutions !

Longues partitions ...

Pour un instrumentiste abordant des pièces ambitieuses, le problème est récurrent. Comment disposer les 4-5 ou 6 pages de la partition pour avoir le tout sous les yeux ? 

Au delà de 3 pages, le lutrin standard montre ses limites.

Au début, dans la phase de déchiffrage, ce n’est pas gênant, mais ensuite, quand vous tentez de faire le filage de toutes les parties du morceau, ça devient plus problématique.

On en a vite marre de tourner les pages, ou de ramasser les feuilles à terre, parce que quelqu’un a ouvert/fermé une porte ou par l’effet de la gravitation.

 

J’ai tenté de recenser quelques solutions …

Les photocopies en réduction:

+ écologique
– il faut des yeux de lynx

Les trombones pour attacher les feuilles entre elles:

+ facile, recyclable à l’infini ( à moins que vous amis ne s’amusent à les plier en vous écoutant)
– nécessite beaucoup de manipulation, la mise en place tombe en ruines au moindre déplacement

Les agrafes:

+ permanent, rapide à faire
– les feuilles doivent se chevaucher, ce qui empêche de les plier, permanent, déchire le papier, crée de l’épaisseur, risque de blessures

Le papier collant (ma solution habituelle, parfois couplée à des chemises plastique):  

+ peu coûteux, installé avec soin on peut replier les feuilles attachées bord à bord
– permanent, peut déchirer le papier

Les accessoires pour pupitres (fait maison):

+ possible de bricoler des solutions (comme sur la photo ci dessus avec une réglette en L)
– aspect bricolé pour le fait maison, reste une solution approximative, surcoût pour les solutions du commerce

Le pupitre supplémentaire:

+ élégant, permet de stocker + de partitions, peut être rangé en quinconce
– coûteux, prend de la place, solution flexible

Le pupitre de chef d’orchestre (plus grand ou extensible):

+ élégant, permet de stocker + de partitions, peut souvent être replié
– assez coûteux, et prend de la place

Les tablettes informatiques:

+ moderne, multi-usage, peut contenir de nombreuses tablatures, peut servir de backing track, métronome, accordeur, accès au net
– trop coûteuses, format plus petit qu’un A4, logiciels payants nécessaires … et j’imagine qu’en cas de chute, c’est le drame !

Pour ma part, je viens d’opter pour un second pupitre … je compte les spécialiser: ma musique, les morceaux des cours … et les réunir pour des pièces plus longues.

D’autres idées ?

(3 commentaires)

    • madebyross on 5 octobre 2011 at 11 h 39 min
    • Répondre

    Avec un iPad ou autre tablette?

    Si ca existe pas (ce qui m’étonnerais) tu sais ce qu’il te reste à faire….

    1. ah oui, j’y avais pensé, puis j’ai oublié de l’écrire …

    • Juju on 24 octobre 2011 at 13 h 30 min
    • Répondre

    Ben sinon faut essayer d’apprendre par coeur les morceaux, ou en partie, sur une ou deux feuilles il y a sûrement moyen de “résumer” un long morceaux avec des annotations 😉
    Et si on doit rejouer la partie d’un morceau, on revient où il est écrit 🙂 Mais bon tout dépend du morceau, si c’est un morceau du genre moon child arrangé par Stotzem ça fait beaucoup de notes…

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.