Olivier Poumay (harmonica) en guest au Senor Duck le 03/03/2012

Pour mon 3ème passage sur la scène du Senor Duck, j’ai décidé de me faire plaisir en invitant un ami musicien à partager ce moment musical.

Lors d’un concert que j’ai donné en 2010, il m’avait déjà fait le plaisir de venir m’accompagner en improvisant à l’harmonica sur mes compositions. Ce moment reste un excellent souvenir, et j’ai eu envie de lui faire une vraie place dans ma musique, car l’harmonica est un instrument qui se marie à merveille à la guitare acoustique que je pratique. Cette envie est d’autant plus présente qu’il joue très très bien de ses harmonicas et que sa connaissance de la musique en général et de l’harmonica en particulier en font un partenaire redoutable sur scène.

Il s’agit d’Olivier Poumay, harmoniciste diatonique et chromatique compositeur. Il est non seulement musicien, mais aussi un des professeurs d’harmonica recommandé par Toots Thielemans en Belgique.

Olivier Poumay (harmonica)

Olivier commence, à l’harmonica diatonique, par jouer de la musique country et du blues. Puis, il découvre l’harmonica chromatique, avec lequel il se consacre au jazz. C’est en 1997 qu’il obtient son Premier Prix d’harmonica jazz au Conservatoire Royal de Musique de Bruxelles.

Aujourd’hui, il a l’occasion de participer à des programmes de « world music » comme la musique mandingue (Paco Diatta), arabe (Abid El Bahri, Ghalia Benali), celtique (Colie Mullin), cubaine (Ana Martín, Jose Luis Beltrán), flamenco (Michel Gillain), népalaise (Sukarma)… mais aussi d’autres expériences comme avec le trio de luths « Luthomania ». Parallèlement, il continue à se produire en jazz (Vincent Romain). Ses qualités d’improvisateur l’ont amené à jouer internationalement (France, Pays-Bas, Irlande, Portugal, Suisse « festival de jazz de Montreux », Cuba…).

Après avoir été invité par le « Brussels Philharmonic Orchestra » pour interpréter la partie d’harmonica dans « Manhattan pour Piano et orchestre » (François Glorieux), Olivier s’est trouvé une nouvelle passion, celle de la musique « classique ». Il trouve en Lyuba Neva – pianiste russe – une accompagnatrice et une répétitrice idéale. Le répertoire va de Vivaldi à Arvo Pärt en passant par Tchaïkovski, Ravel, Chostakovitch…

Depuis plusieurs années, Olivier s’adonne à la composition. Il écrit pour son groupe « sheng », avec lequel il met en évidence toutes ses expériences dans une combinaison instrumentale originale — luth, percussions, harmonicas (+ clarinette basse et violoncelle sur le CD « derrière la façade »). Les techniques d’écritures classiques l’ont amené à écrire pour piano solo « Il n’y a qu’un 20 mars », dédié à L. Neva et une pièce pour violoncelle solo « Les pieds dans la neige » pour Sigrid Vandenbogaerde.

En solo, il expérimente toutes les facettes de son instrument. Ce développement personnel lui ouvre la porte à d’autres formes musicales inattendues, comme le duo avec le saxophoniste suédois Jonas Knutsson.

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.