Me voilà SMART !

Vers l'infini ...

Pour ceux qui l’ignorent SMART est l’association professionnelle des métiers de la création.

SMART permet de faciliter la gestion des contrats et du défraiement pour les prestations artistiques, en l’absence d’un statut crédible pour les artistes

(non, le statut de pseudo-chômeur n’est pas un statut crédible, parce qu’il entretient une confusion entre l’artiste qui pratique un métier, et le chômeur, qui recherche un emploi, … ce qui ne sert ni les uns, ni les autres, mais ceci est mon avis).

Quand je pense que pour les revenus des footeux, des coaches aux genoux craquants et des arbitres du dimanche, une rubrique existe dans les déclarations d’impôts avec un taux d’imposition avantageux. Ce serait si simple !

En ce qui me concerne, j’avoue que mon statut ne m’est toujours pas très clair, car j’ai un travail à temps plein et je ne pratique qu’occasionnellement des prestations contractuelles ou au cachet. L’inscription à la SMART est surtout pour moi une manière de faciliter le travail des ASBL, des musiciens sous statut et organisateurs qui souhaitent me rémunérer ou me défrayer. Car je persiste à penser qu’il faut se faire payer pour des tas de bonnes raisons.

Le revers de la médaille est qu’à cause du prélèvement du droit d’inscription, des 6% à destination de SMART et d’un précompte professionnel, le cachet est inévitablement augmenté sous peine d’y laisser ma culotte, mais c’est le prix de la transparence. Il s’agit donc avant tout d’une possibilité supplémentaire pour moi dans le cadre de collaboration et d’organisations pour lisser la partie administrative.

Bref, je vais de l’avant, à tâtons, avec un beaucoup de naïveté et un peu de culot …

(2 commentaires)

1 ping

  1. Demander un cachet pour chaque prestation ets absolument necessaire non seulement pour être pris au sérieux mais également pour les professionels de la musique qui passeront derrière toi sinon les patrons s’appuient sur le fait qu’ils peuvent avoir des amateurs pour rien :o( De plus ca permet souvent de trier le bon grain de l’ivraie. En général si il n’y a pas de cachet ca rimme souvent avec amateurisme complet de l’organisation avec son cortège d’emmerdes: public non averti, affiches non collées annonces dans les quotidiens zappées, loges inexistantes, sandwich ou Pizza réchauffé au micro-onde,salle pas aménagée etc…

  2. C’est bien mon avis … à part les exceptions comme les jams et scènes ouvertes qui sont des outils de promotion avant tout …

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.