Et hop, un passage sur le podium du village de Noël

Les nouvelles concernant le trafic en ville n’étaient pas réjouissantes: embouteillages et parkings complets pour cause de match de foot combiné aux courses pour les fêtes. Heureusement, on avait un plan … passage par la rive droite, et un parking fermé et sécurisé. Après, guitare au dos et l’ampli sur un diable pour fendre la foule jusqu’au podium.

Arrivée pile à l’heure, enfin techniquement … au moment du montage je me suis rendu compte que ma montre retardait de 10 bonnes minutes et que j’avais donc 5 minutes de retard … pas très pro tout ça. Par chance la chorale qui me précédait avait mordu la ligne de quelques minutes également. Incident sans conséquence. Comme j’avais pu tester mon setup et que j’avais eu la bonne idée de rouler mes câbles de manière idéale, l’installation n’a pris que quelques instants.

Cette fois-ci, je savais que les chances de voir Olivier Poumay débarquer avec son harmonica étaient faibles, j’avais prévu une setlitst un peu plus pêchue …

Je voulais jouer vers l’avant de la scène, au plus près du public, malheureusement un vilain crachin rendait la moitié de l’avant-scène impraticable. Avec le vent et la pluie, j’ai eu la goutte au nez tout le concert … et j’ai fini pas mal de morceaux en apnée … pas facile de se moucher avec des onglets.

De nombreux amis ont bravé la pluie pour venir m’écouter. Même des « fans » qui commencent à être de tous mes concerts depuis le début. Je bénéficie d’un double effet Kiss-cool: voir des têtes connues, et me réjouir de voir des anonymes s’arrêter pour me prêter une oreille quelques instants. Un ami me fera fort justement remarquer que je devrais avoir des cartes promo disponibles pendant le concert pour les gens qui ne s’arrêtent qu’un instant et aimeraient en savoir plus.

Un mec est venu au pied de la scène … entre deux morceaux. Je tends l’oreille pour voir si il a quelque chose d’intéressant à me dire. Au bout de quelques secondes, je me rends compte qu’il est tellement bourré qu’il ne dira rien qui vaille la peine et je l’ignore pour reprendre le fil du spectacle. Il se vengera en prenant mon public à parti, qui l’ignorera stoïquement.

Applaudissements nourris pendant tout le set, un dernier morceau en guise de rappel. Quelques cartes promo distribuées et quelques CD démo changent de main.

Ensuite, après avoir mis le matériel en sécurité, nous partons avec les amis à la chasse des plaisirs d’hivers avec des huîtres  du vin blanc, des toasts à la morille, des cochonnailles avec du camembert chaud, du canard en foie gras, fumé et en rillettes (oui oui, un peu de tout ça). Pour terminer sous une pluie de vodka caramel dans des verres en glace, suivis de quelques pekets (alcool genièvre).

Une bonne frite pour caler le tout et retour à la maison pour cuver tout ça, sourire béat aux lèvres. J’ai vu que certains ont pris des photos ou filmé le concert, j’ai déjà reçu une vidéo, je vais essayer d’avoir d’autres images pour les diffuser.

On remet ça l’année prochaine … si possible avec un concert.

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.