The Lone Drifter – Lucky D, première écoute

Je ne sais pas si je vous l’ai déjà dit, mais j’adore le blues. Surtout le blues rugueux dans sa forme primale. Du coup le premier album de Luc Dejardin aka Lucky D est un régal pour mes oreilles. Parce qu’il faut bien admettre que les enregistrements d’époque sont souvent un peu durs à écouter dans leur jus.

Vous n’aimez pas le blues ? 

Voilà, maintenant on peut se parler entre gens biens … 

Après avoir joué en première partie vendredi, j’ai enfin pris le temps découter ce premier album que j’ai d’abord eu la chance de découvrir en live.

Ma première écoute

Pour moi, l’album « The Lone Drifter » se parcourt comme le chemin de petits cailloux blancs du petit Poucet. On bondit de pierre en pierre en prenant un grand bol d’air frais. Au milieu de titres que je découvre, je retrouve également des titres que j’ai approché des doigts dans mes débuts en picking. En les entendant interprétés ici, je me rends compte que je ne les comprenais pas. La voix claire de Lucky D est bien posée par dessus une guitare qui souligne le chant scandé de traits avec un vrai toucher.

C’est rafraichissant en diable de recevoir cette musique faite main, sans esbrouffe et sans prétention. Un peu d’air frais, ça ne fait pas de mal entre les oreilles …

Lucky D - The Lone Drifter

Lucky D – The Lone Drifter

Je le disais dans mon compte-rendu, et je n’ai pas trouvé de meilleure façon de le dire depuis :

Certains prétendent qu’un blanc ne sait pas chanter le blues. C’est qu’ils n’ont pas entendu Lucky D raconter les cahots de sa vie au travers des classiques du blues. Et c’est l’un des rares guitaristes originaires de ce coin de la Belgique qui ne sonne pas comme Jacques Stotzem. Peut-être une pointe de Stefan Grossman de-ci de-là, si il faut vraiment pousser les musiciens dans des cases.

Musicalement on navigue entre ragtime, gospel et blues avec des noms illustres comme Skip James et Blind Willie Johnson. Mais l’accent est mis sur l’appropriation et l’arrangement personnel plutôt que la copie des originaux. Lucky D habille et habite ses chansons sans en perdre l’essence. 

C’est une prouesse de traverser ce vieux et prestigieux répertoire et ces innombrables carrefours sans y perdre son âme et sa personnalité musicale. 

La Setlist – The Lone Drifter – Lucky D

Entre classiques et titres que je découvre on trouve les titres Love in Vain, Do Lord Remember Me, Hang Me, Oh Hang Me, Hard Time Killing Floor, Cocaine Blues, Green Green Rocky Road, You’ll Like My Lovin’, The Wild Ox Moan, Dark Was The Night – Cold Was The Ground, You Are My Sunshine, Come Back Baby.

Alors, si vous n’aimez vraiment pas le blues, fuyez.
Sinon il n’y a aucune bonne raison pour ne pas écouter ce bel album ou aller voir Lucky D en concert !

Lucky D - The Lone Drifter

Lucky D – The Lone Drifter

 

 

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.