Les microphones : Rode Videomicro / Boya BY-M1/ Zoom H5

Dans cette nouvelle vidéo, je prends la main sur ce qui sera mon environnement de travail vidéo pour les deux prochaines années au minimum. Après l’achat de ma caméra Panasonic Lumix FZ300, d’éclairages et de microphones tout est prêt pour un flux de travail amélioré. Le moment est venu de choisir mes armes en ce qui concerne les microphones. 

Attention, il y a microphones et microphones

Évidemment, je compare des pommes et des poires dans cette vidéo avec un micro monté sur la griffe porte-flash, un micro-cravate et un enregistreur numérique. Ce sont des microphones différents pour des utilisations différentes. Ils se situent également dans des gammes de prix très différentes allant de moins de 20 euros à plus d’une centaine d’euros. Chacun a des avantages et des inconvénients.

Je n’ai pas mis d’effet sur le son, j’ai simplement ajusté les niveaux.

Si vous n’avez pas envie de regarder la vidéo, le spoiler de mes conclusions est en dessous.

 

Le Rode Videomicro (~45 €)

Comparatif de microphones : Rode Videomicro

Comparatif de microphones : Rode Videomicro

Le Rode Videomicro continue à m’impressionner. Il reste mon préféré pour l’instant. Il est vraiment facile à utiliser pour un très bon résultat. Pas de long fil, pas de pile, c’est vraiment la solution sans souci. Sa conception est solide et extrêmement bien pensée. Je devrais sans doute le tester dans un environnement bruyant et venteux, mais d’autre part ce ne sera sans doute jamais mon environnement de travail habituel. Sur la chaine Youtube Nowtech ils suggèrent de le mettre sur une perche faite-maison, il faudra que je teste cette configuration.

Je lui donne un bon 9/10 sur mon échelle de piments, pour son rapport qualité-prix et une mise en oeuvre facile dans la plupart de mes conditions de prise de son.

 

Le micro cravate Boya BY-M1 (~19 €)

Je sens un très gros potentiel. Mais je manque de maîtrise. Avant de rejeter la faute sur la qualité du microphone,  il il va me falloir un peu de temps et d’exercices. Tout se joue sur la position et le niveau d’entrée. J’ai réduit le gain d’entrée de -3 dB pour la fin de la vidéo, le résultat est déjà nettement meilleur que lors de la première prise, je pense que je pourrais encore le réduire un peu. Je ferai un autre test plus tard avec -6dB. Par contre la gestion des plosives et des sifflantes me semble bonne (logique pour un mlcro qui n’est pas dans l’axe du souffle) et la voix est très intelligible. Les bruits de frottement que je craignais sont inexistants. J’apprécie la sensation de liberté venant du fait que je ne dois viser le microphone pour parler.

Comparatif de microphones : Boya BY-M1

Comparatif de microphones : Boya BY-M1

Je lui donne un 6/10, mais il s’agit d’une note provisoire. Le câble de 6 m est pratique quand on s’en sert, et très ennuyeux quand on ne s’en sert pas. La présence d’une pile permet un gain important, mais est un facteur de pannes potentiel. Je pense qu’il pourra remonter vers 8/10 quand j’aurai appris à la maîtriser. 

 

Le Zoom H5 (~300 €)

C’est sans doute la solution des rois. La prise de son se fait de manière indépendante, avec un contrôle bien plus fin que sur la caméra. Avec la stéréo, avec des meilleurs micros, avec la possibilité de placer plusieurs microphones. J’ai même l’option d’un micro canon. Mais avec un inconvénient majeur qui est un travail plus complexe en pré- et en postproduction. Pendant le tournage, ce sont des paramètres supplémentaires à contrôler et à maîtriser. En post-production, il faut importer la prise de son et la resynchroniser. Ce sera une solution à réserver aux environnements complexes et aux prises de son d’instruments. Cette solution peut toujours venir en secours d’une des autres possibilités. L’entrée microphone de la caméra reste libre, à moins que j’y connecte la sortie du Zoom H5.

C’est la meilleure solution. Il mériterait un 9/10. Si j’étais sérieux et appliqué je me forcerais à l’utiliser chaque fois, pour avoir une prise B. Mais je donne un 8/10 parce que ça génère plus de paramètres à contrôler, plus de fichiers, plus de travail en postproduction.

Conclusion

Si je devais désigner un gagnant, ce serait le Rode Videomicro.

Comparatif de microphones : Rode Videomicro

Comparatif de microphones : Rode Videomicro

Mais je pense qu’il n’y a pas vraiment à choisir entre ces 3 solutions.

D’après moi, chacune convient à des intentions spécifiques. Selon que l’accent est mis sur la qualité, la facilité d’utilisation, la rapidité de mise en oeuvre et de traitement, le choix des microphones pourra être différent. La discrétion pourra également être un facteur. Parfois une combinaison de plusieurs microphones pourrait se révéler intéressante. Par exemple, le Rode Videomicro combiné au Boya connecté à mon smartphone dans la poche. D’autre part, je pourrais aussi me servir de Lavalier pour la parole et du Zoom H5 pour l’instrument.

Prochainement, je vais recevoir d’autres gadgets à tester et je me réjouis de mettre tout ce matériel à contribution pour vous les faire découvrir.

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.