«

»

Avr 05 2011

Imprimer ce Article

Le jeu au Bottleneck

concert, David van Lochem, Senor Duck

Jeu au slide

Après les billets sur les open-tunings et les slides et bottlenecks, nous allons parler un peu du jeu au slide.

Quel doigt utiliser : majeur, annulaire ou auriculaire ?

L’index n’est pas un bon choix, car il est préférable d’avoir un doigt derrière le slide pour contrôler le son des cordes à vide et pouvoir les « muter ».
Le majeur peut tenir un gros slide pour faire un gros son, mais lever les autres doigts est fatiguant L’annulaire : peut sembler un bon choix, mais le jeu ouvert est limité. Le petit doigt : le meilleur choix, pour un choix diversifié, mais slide plus petit et plus fin (Muddy Waters, Eric Clapton, et euh, … moi).

Le fonctionnement du bottleneck et les conséquences de ce fonctionnement.

Les différentes hauteurs de notes sur un manche de guitare sont produites par la modification la longueur de la corde en vibration au contact des frettes. Le bottleneck va reprendre le rôle de la frette et devenir une frette mobile qu’on « pose » sur les cordes.

Ceci va avoir une série de conséquences pratiques:

  • on joue à la verticale des frettes, pas au milieu des cases – attention, vos yeux vous trompent, fiez vous à vos oreilles
  • au besoin on contrôle la résonance des cordes derrière le bottlenck en mutant avec les doigts pour un son plus doux
  • on appuie légèrement sur le bottlenck, on est vif et puissant parallèlement au manche et léger perpendiculairement (le pouce sert de guide, pas de pince)
  • on tient le slide bien vertical, sinon, les notes où le bottleneck est proche de la position de la frette sont justes et les suivantes fausses
  • on évite d’osciller trop largement autour de la position de justesse, le vibrato est quelque chose de vif et étroit
  • on peut amener les notes par un petit slide montant, mais on ne peut pas dépasser la position de justesse, sinon on joue faux
  • on tolère tous les bruits parasites SAUF le bruit de mitrailleuse du raclement sur les frettes quand on appuie trop fort
  • pour un hammer-on, on vient poser le slide sèchement sur la corde, sans frapper le manche !
  • pour un pulling off, on débute par un petit slide en direction tête du manche, et on retire le bottleneck en frottant légèremen,t la corde pour s’assurer qu’elle vibre à vide après le retrait
  • pur donner du sustain aux notes, on vibre de qqs mm autour de la position de justesse pour garder la note vivante.

Le tout encore une fois en vidéo: Une petite vidéo déjà ancienne … introduction à la technique (précisons que je ne suis pas un spécialiste du style, comme dit un des commentaires sur Youtube: « Ca sent l’amateurisme » … et ça en est et je m’en fous):

Et pour finir, voici quelques exercices et 2 classiques du blues pour vous faire la main …

Si vous jouez de la guitare électrique, je vous invite à lire ce billet également.

Lien Permanent pour cet article : http://guitar.vanlochem.be/le-jeu-au-bottleneck/

(1 commentaire)

2 pings

  1. Alexis

    Merci pour le lien 😉 Sympa cet article je vais relayer ça !
    A plus

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>