fbpx

La quête du « son parfait » (Saison 1 épisode 1)

Depuis qu‘il monstro est réparé et a été upgradé en « Godzill’art », je multiplie les tests d’enregistrement. Un micro, deux micros, Oktava Mk12, Aston origin, mono, stéréo. Puis je les écoute et je tripote le son parfait jusque pas d’heures … sans trouver mon bonheur. Mais je sens que je progresse.

Comment trouver le son parfait ou le son imparfait qui mène à lui ?

Je manque un peu de certitudes et de référence. On trouve mille tutos sur youtube pour enregistrer une caisse claire et moitié autant pour enregistrer une guitare acoustique gratouillée à « intégrer » dans le mix. Mais pour la guitare acoustique solo, il y a plus grande monde. Ou alors des gens dont j’apprécie pas forcément le son (même si parfois j’aime beaucoup leur musique !). Et puis comparer le son parfait des albums finis avec une prise brute, c’est comme regarder un film sans les effets spéciaux.

Argh, kryptonite ... !

Argh, kryptonite … !

Il y a tellement de possibilités … tellement de choix. Et mes oreilles manquent tout simplement d’expérience à force de se contenter du son correct et suffisant des lives.

Grâce à Godzill’art, J’ai déjà vaincu un de mes gros soucis : le ratio signal bruit qui n’a jamais été aussi bon. Le compresseur Art SCL2 m’aide à dompter les crêtes si nécessaire, mais pour mon premier projet, une balade, je ne compte pas l’utiliser. Avec l’EQ paramétrique je peux tailler dans le gras inutile du bas du spectre. Tout est là, à portée de doigts. Le préampli et les indicateurs de niveaux du multieffet et de l’enregistreur me permettent de pousser le niveau de signal en toute confiance. Mais ce n’est qu’un paramètre parmi tant d’autres.

L’étau se resserre sur la solution !

J’ai aimé faire une prise avec un micro case 12 et un autre sur la caisse sous le chevalet, j’aimais le son brut, mais le son était une horreur à mixer. Jusqu’à présent, et peut-être sans surprise, la prise avec un microphone et le pickup est la plus charnue, la prise en XY semble la plus naturelle, mais un peu fine. 

Les microphones, c'est éternel dilemme dans la quête du son parfait

Les microphones, c’est éternel dilemme dans la quête du son parfait

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.