«

»

Déc 18 2016

Imprimer ce Article

Showcase au Village de Noël 2016, le compte-rendu

J’ai bien dormi, je me réveille tôt et en forme, ce qui est plutôt rare. J’ai rêvé qu’une chanteuse belge venait me rejoindre sur le podium. Je me réveille en me marrant, c’est pas beau la mégalo. Je prépare mon « minimum vital ». Cette année la fiche technique du Village de Noël mentionne la présence de deux retours sur la scène. Je prends le pari de ne pas prendre l’ampli.

Le minimum vital pour moi c’est mon préampli, mon accordeur, deux câbles pour chaque poste et un long câble à tirer jusqu’à la sono au cas ou la split-box serait cassée, et un micro au cas où celui sur place serait cassé. Après tout, les deux incidents se sont produit au Village de Noël lors des éditions précédentes, cela relève plus de la simple précaution que de la paranoïa.

Village de Noël 2016

Village de Noël 2016 – le minimum vital

En route vers le village de Noël

Avec une « Schleppe » (du verbe allemand « schleppen ») aussi réduite, composée d’un petit sac et de la guitare, autant prendre le bus. Ainsi, pas de souci pour chercher une place gratuite au loin. Ca ne m’enchante pas de payer le parking dans la ville au stationnement le plus coûteux d’Europe (du monde ?). La question d’avoir les coudées franches pour boire un verre après le concert sans craindre les controles d’alcoolémie est ainsi réglée.

Avec presque toute la famille abonnée sauf ma Lovely Roadie, ça nous fait un peu de marche puis un trajet de 15 minutes qui nous amène aux portes du Village, légèrement en avance.

Village de Noël 2016 - In da bus

Village de Noël 2016 – In da bus

Une arrivée chahutée et un soundcheck agréable

Quand j’arrive près du podium, un troupeau de mecs bourré-bourrins tourne autour de la scène. Ils ont l’air âgés pour un enterrement de vie de garçon, mais ça y ressemble. Signe distinctif, un bonnet de Noël brun et jaune. Ils montent et sautent sur le plancher de la scène. A tous les coups, si il y avait eu un micro ils auraient hurlé dedans. Je décide d’attendre qu’ils se tirent pour me pointer au pied de la scène. Le clou du « spectacle » est un pathétique simulacre d’accouplement avec un père Noël de passage. Il faudra l’intervention d’un responsable du Village et de la responsable des animations pour les faire déguerpir. L’avantage est que l’incident me permet d’identifier Marie, la sympathique responsable des animations.

Chaque année, le Village de Noël charge une étudiante en communication d’organiser les animations et gérer le plateau du podium. La partie cachée du deal consiste à gérer aussi l’aspect branchement du matériel et la sonorisation. Mais un étudiant à Liège, ça se débrouille, et Marie se débrouille très bien. Toutes mes craintes s’envolent, tout à l’air de fonctionner cette année !

Le branchement est rapide. Bonheur, le moteur de la grande roue en face ne parasite plus le son. J’ai du retour, mais j’ai pas mal de Larsen d’entrée de jeu, mon humidificateur a fait glisser le curseur dans la rosace de la guitare, et le micro est à fond. C’est mal ! Et c’est vite corrigé. Avec tout ce temps gagné, j’ai même le temps de laisser ma guitare se tempérer un peu, elle n’en restera que plus juste.

Village de Noël 2016 - Soundcheck

Village de Noël 2016 – Soundcheck

Concert

Il est l’heure de commencer. Après moi, il y a un autre groupe qui est dans les starting-blocks. Comme d’habitude, les parents et amis arrivent au compte-goutte pendant les 3 premier morceaux. Cette année, les dates se mettent mal, et je sais qu’il y aura moins de monde. J’ai d’ailleurs prévu une « after » plus calme.

« Have a Beer », « 404 Rag » et mon arrangement de « Boys don’t cry » constituent le trio de tête de la plupart de mes concert dernièrement. Vu de la scène, ça fonctionne plutôt bien. De toutes les éditions c’est celle où j’ai le meilleur son, c’est un vrai plaisir.

Village de Noël 2016 - le concert

Village de Noël 2016 – le concert

Décidément tout fonctionne cette année, même la météo. Le froid est supportable, le petit crachin s’est arrêté. Malgré tout, au bout d’un moment les cordes coupent bien la main droite, après quelques morceaux, je ne sens plus mes doigts de la main droite. D’ailleurs mon accordeur-pince m’a abandonné, l’écran est en panne à cause du froid. Heureusement que j’ai la version pédale pour m’accorder. Au départ, je comptais uiniquement m’en servir pour muter le son, au cas où. Mais cette année la guitare restera juste du début à la fin

J’ai demandé qu’on me tienne au courant pour la durée du set, pour ne pas dépasser. Après « Entre Chien et Loup », Ma Roadie vient m’annoncer que le moment est venu de jouer le dernier morceau.

Village de Noël 2016 - playing

Village de Noël 2016 – playing

 

L’after

Je termine mon set avec le sentiment du boulot accompli. Il reste à ranger le matériel pendant que les suivants commencent à s’installer. Et enfin aller biser les amis venus m’écouter. Après tout, mon « salaire » du jour c’est un ticket pour le verre de l’amitié. On migre vers un chalet pour boire un pot. Merci les amis fidèles qui viennent me prêter leurs oreilles et leur présence.

Village de Noël 2016 - vin chaud

Village de Noël 2016 – vin chaud

Initialement, comme chaque année, j’ai j’hésité à jouer au Village de Noël pour des tas de raisons. Et finalement, quand je suis attablé avec mes amis, je me souviens de pourquoi j’y reviens toujours. Et ce verre n’aurait pas la même saveur si je n’avais pas joué avant.

A l’année prochaine ?

Lien Permanent pour cet article : http://guitar.vanlochem.be/village-de-noel-2016-compte-rendu/

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>