Sondage: Combien demander pour l’entrée aux concerts ?

le prix des tickets ...

le cachet …

Nous vivons une époque formidable, dans un pays à la culture variée et riche. Riche au point qu’une bière en soirée coute près de 2 euros. Une location de salle varie entre 100 et 200 euros. Et où la Sabam demande encore pas loin de 100 € pour l’usage de son répertoire. (Et je ne parle pas des statuts d’artistes et autres contrats qui obligent à dégager des revenus minimums pour ne pas perdre ses droits).

La question du prix des entrées revient régulièrement sur la table. Je vois les gens faire la grimace. Malgré les subsides, les prix d’entrée des festivals ont augmenté de 30% en 10 ans (mais bon, on y voit des gens connus). Le prix de la bière a augmenté de manière incroyable également. L’eau, le mazout et l’électricité également, avec un impact sur les frais incompressibles. Les gérants de salle ont du personnel à payer. Seul les montants que les gens sont prêts à débourser pour une soirée ne semblent pas évoluer.

Je le dis souvent en guise de boutade, la musique doit rester gratuite, surtout pour ceux qui la font.

Actuellement, selon la jauge des salles, le prix-vérité devrait tourner autour des 10€. Certaines salles imposent 5€ par peur de n’avoir personne, d’autres coupent la poire en deux avec 8 euros. Contrairement aux USA, le merchandising est moins porteur: goodies, casquettes, T-shirts et autres ne font pas autant recette en dehors du monde du rock dur.

Quand je jouais au centre-ville, ma place de parking pouvait me couter un cinquième des revenus de la soirée entre le montage-soundcheck-démontage, une moitié du restant allant souvent à la baby-sitter des enfants. Le reste à investir dans le matériel et le carburant.

Il arrive un moment où il n’est plus possible d’économiser sans affecter la qualité de ce qui est proposé. L’ambition contractuelle restant de proposer un spectacle divertissant de qualité dans un cadre confortable pour le public et les musiciens.

Il y a évidemment une prise de risque dans le fait de payer par avance pour un spectacle qu’on découvre (bien qu’en général les sites webs des musiciens permettent de se faire une idée).

En économie, on prétend qu’une chose vaut ce que les gens sont prêts à payer pour elle. Alors, en étant peu connu, dans un contexte non subsidié, combien faut-il ou peut-on espérer demander à l’entrée.

[poll id= »9″]

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.