«

»

Déc 06 2015

Imprimer ce Article

2 jours de marché de Noël contre le cancer

Marché de Noël du SPF - 04/05-12-2015

Marché de Noël du SPF – 04/05-12-2015

Pour la seconde fois, je participais au marché de Noël de mon boulot. Deux fois deux heures d’animation musicale pour un marché de Noël dont les bénéfices sont reversés pour soutenir la recherche contre le cancer. 

Vu que nous avons environ une chance sur 169 de mourir d’un cancer et seulement 1 chance sur 1500.000 d’être tué dans un attentat terroriste, cela me semble du temps bien employé.

Je vous ai déjà parlé de la schizophrénie de la mule comme je surnomme l’étrange malaise qui me touche quand mon vécu de musicien et mon quotidien de fonctionnaire d’un organisme public entrent en collision. Ok pour la schizophrénie, mais pourquoi une mule ? Parce qu’en général ce genre de prestation commence par le transport du matériel en train pour rejoindre Bruxelles. J’aime nommer les choses, cette partie du trajet porte le nom de « la Schleppe » (du verbe allemand « schleppen » – traîner, tirer).

Marché de Noël du SPF - 04/05-12-2015

Marché de Noël du SPF – 04/05-12-2015

L’an passé, j’ai accompagné une collègue chanteuse. Cette année j’y vais en solo, congé de maternité de ma collègue oblige. J’ai un peu simplifié mon matériel. Ma guitare, les câbles, une DI et ma sono Yamaha Stagepass 400i. Je pars avec mon micro dans une poche, car je suis toujours à la recherche d’un pied de micro qui rentrerait dans un simple sac.

Me voilà assis sur la plateforme du train pour Bruxelles, en train de déjeuner en gardant un œil sur le matos.

Marché de Noël du SPF - 04/05-12-2015

Marché de Noël du SPF – 04/05-12-2015

Descendre du train, traverser la gare sous le regard indifférent des policiers et des militaires, en me disant que dans tout mon barda je pourrais transporter la puissance de feu d’un croiseur et des flingues de concours.

Arrivé sur place, je dois d’abord gagner ma vie avant d’aller jouer de midi à 14 heures. Mon collègue Joël se dévoue pour faire le roadie et m’aide pour le montage, faute d’oser pousser la chansonnette à mes côtés. Un jour, il osera, je le sens.

Marché de Noël du SPF - 04/05-12-2015

Marché de Noël du SPF – 04/05-12-2015

Finalement , je trouve un pied de micro sur place, je le place au cas où quelqu’un voudrait faire un discours ou s’adresser à l’assemblée. Le soundcheck est rapide. Le son est ok, mais quelque part entre 450 et 600 Hz une fréquence résonne dans le sol autour de moi, dont je n’arriverai pas vraiment à me débarrasser, malgré l’EQ paramétrique.

Marché de Noël du SPF - 04/05-12-2015

Marché de Noël du SPF – 04/05-12-2015

Je commence à avoir une bonne expérience de l’animation musicale, qui n’a rien à voir un concert. Pour une bonne tapisserie sonore, il faut jouer bien et en place, avec un son agréable, être présent, sans timidité, mais sans pousser le volume au-delà des conversations. Si on monte le volume, les gens finiront par parler plus fort et finiront par ressentir la musique comme gênante. Il faut se contenter de regards complices, de sourires, d’un pied ou l’autre qui bat la mesure, d’un commentaire élogieux entendu dans une conversation et parfois de quelques applaudissements.

C’est parti pour deux heures d’un set acoustique instrumental varié. Exceptionnellement, j’ai décidé de monter en puissance progressivement, gardant mes pièces plus dynamiques pour le moment où le marché de Noël sera le plus fréquenté, alors qu’habituellement j’essaie de rentrer dans le vif du sujet dès les premières notes.

Marché de Noël du SPF - 04/05-12-2015

Marché de Noël du SPF – 04/05-12-2015

L’expérience peut sembler ingrate et solitaire, mais tous les petits signes d’assentiment que je glane du regard me comblent largement. Les gens remarquent tout de même quand la musique s’arrête et s’étonnent, puis ont l’air rassurés quand je reprends, ce qui est bon signe également.

Marché de Noël du SPF 04/05-12-2015

Marché de Noël du SPF 04/05-12-2015

Le marché de Noël se tenant deux jours de suite, la sono dormira sur place dans un local fermé. Mais impossible pour moi de laisser ma guitare. Pour le second jour, j’emporte mon ukulele pour varier mon set de la veille avec quelques reprises. En plein refrain de « Don’t worry, be happy » une pyramide de pots de miel s’effondre sur une table, que dire d’autre que « Don’t worry … », ce qui vaudra un bel éclat de rire à l’assemblée.

C’est une étrange sensation de démonter le matos, de ranger l’instrument pour retourner bosser après un petit verre de l’amitié.

Une grosse fatigue s’abat sur moi pour cette interminable après-midi avant de rentrer avec mon matos. J’ai mon ordinateur portable à ramener en plus matos musical.

C’est passablement exténué que je rentre à Liège, après deux jours de « Schleppe » et deux fois deux heures de musique au milieu d’une journée de travail « normale ». C’est ma Lovely Roadie qui déchargera l’auto, je ne suis plus bon à rien.

Ma grande satisfaction reste de faire tant de marchés de Noël … sans jouer un seul chant de Noël.

Marché de Noël du SPF 04/05-12-2015

Marché de Noël du SPF 04/05-12-2015

Lien Permanent pour cet article : http://guitar.vanlochem.be/marche-de-noel/

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>