« Sans luthiers, pas de guitares » à la Ferme du Biéreau, le compte-rendu

Deux concerts le même week-end; ça me fait aussi deux comptes rendus à écrire. Je pense que si j’étais musicien à part entière je devrais sans doute renoncer à ce petit plaisir coupable qu’est l’écriture. Cette année le concert de cloture de la troisième promotion des luthiers la section de lutherie de l’IFAPME de Limal (Wavre) se tient dans la prestigieuse ferme du Biéreau, celle-là même où se tourne l’emission D6bel on stage.

Je me suis rendu lundi passé à l’IFAPME. Avec Jacques Stotzem, Laurent Lebeuf, Paolo Loveri et Augustin Foly qui ont évalué les instruments proposés par les élèves de Mathieu Boulet. Pour ma prestation, j’ai jeté mon dévolu sur une guitare folk préparée par Martin van den Berg, mais aussi une archtop réalisée par Valerian.

Le soundcheck

Après mon concert en Neuvice de la veille, le contraste est frappant, déjà rien que par la taille de l’endroit et la technique. Mais j’aime autant les petites dates que les grandes auxquelles je dois encore m’habituer pour être sincère.

Soundcheck - Sans luthiers pas de guitares

Soundcheck – Sans luthiers pas de guitares

J’arrive à l’heure pour le soundcheck. Les élèves apportent les guitares. Chaque musicien amène son ampli pour avoir une ligne dans la sono avec ses propres réglages.Avec les techniciens de la ferme du Biéreau, Jacques Stotzem et Paolo Loveri pour régler mon son, je suis en de bonnes mains.

Soundcheck - Sans luthiers pas de guitares

Soundcheck – Sans luthiers pas de guitares

J’aime beaucoup le son de l’archtop sur mon ampli, mais l’action (la distance entre les cordes et la touche) est vraiment très basse, à la demande de Paolo Loveri. Dès que j’attaque un peu fort, les cordes claquent sur la touche. Je me décide finalement à jouer tous mes morceaux sur la folk acoustique. Pour un guitariste, c’est compliqué de jouer sur un instrument qui n’est pas le sien, je préfère rester dans une relative zone de confort proche de mes habitudes de jeu. Cela ne remet pas en cause les qualités de l’instrument, l’archtop sera jouée par Paolo et Jacques par ailleurs, elle aura son moment de gloire.

Je pense que c’est mon premier soundcheck aussi « sérieux ». Ca prend du temps et ma Lovely Roadie s’ennuie un peu dans la salle. Après un repas sympa dans les loges il est temps de passer aux choses sérieuses.

Le concert « Sans luthiers pas de guitares ! »

'"

En plus de moi, quatre musiciens se succèdent sur scène: Paolo Loveri pour un répertoire jazz, Laurent Debeuf pour la guitare électrique, Augustin Foly pour présenter l’unique basse et Jacques Stotzem pour la guitare folk acoustique. La soirée commence par l’inévitable présentation des sponsors (en vidéo) et des mécènes bienveillants suivis du discours de bienvenue de Manuel Wilmot'"La soirée commence par Paolo Loveri. Cet homme sait tout jouer, du folk le plus clair au metal. Mais ce soir il est dans le registre jazz. Pour chaque instrument des photos des étapes de la construction sont diffusées sur un écran derrière les musiciens.'"Le premier duo de la soirée se joue entre Augustin Foly et Paolo Loveri avec le groove de « Cantaloupe Island » de Herbie Hancock. L’ambiance en coulisse est bon enfant, il fait chaud et on plaisante en attendant notre tour.'"Augustin continue en solo avec sa basse du jour … avec le groovy « Superstitious » de Stevie Wonder il nous fait découvrir sa voix et son sens de l’animation. Le plan de scène bien pensé permet aux artistes de se succéder sans temps morts pour le public. Les instruments neufs avec des cordes neuves se désaccordent bien un peu sous les feux des projecteurs. Mais il suffit de quelques tours de clés et tout rentre dans l’ordre.'"Mon passage en scène

Après le groove de la basse sur séquence rythmique samplée, ça me fait bizarre de ne jouer « que » de la guitare acoustique. Mais après tout le contraste franc est souhaitable en toutes choses. Je joue 4 compos sur la guitare de Martin van den Berg. Les petits réglages de la semaine passée ont fait merveille et elle sonne vraiment bien.

Jusqu’au moment de m’asseoir sur la scène j’hésite encore sur le nombre de morceaux à jouer. J’ai prévu de jouer Our Song, Have a Beer, Morning Glory et Entre chien et loup. Le temps n’est pas le facteur limitant. C’est l’aisance pour jouer « Have a Beer » sur une autre guitare que la mienne qui me préoccupe. Cette guitare est si légère, j’ai presque peur d’en jouer, sachant que je vais immanquablement laisser ma patte d’ours sur son vernis si délicat. Le son est un peu fin en début du premier morceau, mais je finis par « entrer dedans ». J’en oublie la guitare, seule la musique compte à ce moment. Elle sonne vraiment bien, c’est un plaisir. Le public semble apprécier mes compositions, mais rendons à César, une partie de ces applaudissements revient à la guitare sur laquelle je joue.

'"La suite

Laurent Debeuf que tout le monde connaît via Classic 21 me succède. Il va illustrer le son de la guitare électrique réalisée par un élève. Il fera la démonstration de son talent avec des covers guitare et voix sur des backing tracks de SRV, Téléphone et ACDC. Lui aussi fera le jeu des duos avec Paolo Loveri.

'"C’est ensuite le break et l’occasion de se rafraichir un peu au bar. Quelques commentaries sympas à propos de mon set, entre le bar et l’urinoir, ça fait toujours plaisir.

Mister Jacques Sotzem « in da place »

Tête d’affiche largement méritée grace à une carrière internationale époustouflante. Une maitrise de la guitare acoustique qui décoiffe, le voici enfin sur la scène du concert de l’IFAPME. Après trois années que les négociations pour le faire venir échouent pour des questions de calendrier de tournée incompatible, le voila sur scène.

'"Le second set lui appartient. Il joue également sur la guitare de Martin. De toute évidence, la guitare lui plaît et ce qu’il en sort est tout simplement sublime, comme d’habitude. Il risque même Oasis. Ca m’arrange, je dirai que c’est lui qui a fait toutes les grattes dans le vernis, haha.

Le duo dont j’ai tant rêvé

Jacques nous fait l’honneur d’un duo, une occasion supplémentaire de mettre les instruments en lumière. Si l’IFAPME réalisé le rêve d’avoir Jacques sur scène, je réalise un rêve d’ado en jouant sur scène avec lui. Je mentirais en disant que tout s’est passé aussi bien que je le désirais pendant ce duo, mais on a fait de la bonne musique ensemble. Je n’en retiens que le plaisir et la joie, moi qui pensais être submergé par le trac et l’émotion.

'"Il reste le finale avec tout le monde, un blues en La majeur un peu « improbablevisé ».'"

On salue, cette soirée s’est bien passée, tant dans son organisation que dans les divers moments musicaux qui se sont succédés. Bravo à l’organisation impeccable. Il y a tant de choses qui peuvent partir de travers. Tout est resté dans les clous, sans longueurs ou mauvaises surprises.

'"Les remerciements, les photos

Il reste à remercier et féliciter tout le monde … belle édition … vivement l’année prochaine !

Sans luthiers pas de guitares

Sans luthiers pas de guitares

Sans luthiers pas de guitares – David van Lochem – Martin van den Berg – Jacques Stotzem

(6 commentaires)

1 ping

Passer au formulaire de commentaire

    • Lepersonne Marion on 26 juin 2017 at 14 h 50 min
    • Répondre

    Un message, court, bref et qui veut tout dire! Il vient du fond du cœur et avec toute mon admiration: MERCI
    J’ai adoré toutes vos compositions, avec une petite préférence pour « Entre chien et loup ».

    Marion

    1. Merci beaucoup.

    • Pierre Paul Maquet on 26 juin 2017 at 15 h 16 min
    • Répondre

    Salut David, content de t’avoir revu et pour la première fois sur scène (et en duo avec JS en prime!).
    C’est vrai qu’elle avait l’air bien la guitare. En tout cas elle sonnait!
    Et puis ça faisait un bout de temps que je n’avais plus vu le maître.

    1. Haha, un rêve d’adolescent qui se réalisait là, il n’est jamais trop tard 🙂

    • Jean Avenel on 7 juillet 2017 at 16 h 35 min
    • Répondre

    Bonjour,
    merci pour ce compte rendu, dommage pas de vidéo, je suis sûr que cela a dû un superbe concert.
    Bonne continuation

    ps: la page d’accueil plus légère, plus rapide à parcourir avec des extraits d’article plutôt que des articles en entier, merci

    1. Bonjour, merci pour le commentaire. La version mobile ne présente que les extraits. Avant c’était le cas de la page d’accueil mais les visiteurs se plaignaient de devoir cliquer pour lire la suite 🙂 mais je vais regarder pour l’alléger une peu.

  1. […] « « Sans luthiers, pas de guitares » à la Ferme du Biéreau, le compte-rendu […]

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.