«

»

Mar 16 2014

Imprimer ce Article

Les vols de guitares

Les vols de guitare sont ils en augmentation ? En voyant passer le signalement de la guitare de Zakk Wylde qui vient de lui être dérobée, je me suis posé la question.

zakk-630-85

De Paul Mc-Cartney à Johnny, tous les artistes en tournée se font voler des instruments. Ces instruments volés sont un bon filon, car ils peuvent faire le bonheur du fan acharné, comme du petit receleur du coin, voire d’un guitariste peu fortuné mettant la main dessus.

Se faire voler son outil de travail n’est jamais agréable, mais lorsqu’il s’agit d’un modèle signature ou d’un prototype choyé et réglé aux petits oignons, un compagnon de route qui a souvent battu le pavé entre les mains d’un artiste et accumulé sueur, larmes et une belle patine, c’est un coup de poignard dans le cœur. Deep Purple a écrit une chanson sur le sujet: Somebody stole my guitar.

Certains musicien ne sont pas sans reproche, Slash a volé une guitare dans un Hard Rock Café à Orlando, une guitare qui ne lui a jamais été réclamée et dont il s’est servi pendant des années. Une guitare qu’il a rendu en 2007 lors d’une cérémonie d’hommage … au Hard Rock Café.

Les enseignes de type Cash Converters et les dépots-vente jouent un rôle involontaire (on l’espère) dans ce trafic, obligeant parfois un musicien à racheter son propre matériel volé.

Ce n’est dans l’intérêt de personne de vérifier la provenance ou les numéros de série d’une guitare. L’acheteur se priverait d’une bonne affaire. Et une fois achetée « de bonne foi », même si elle a été volée, elle restera en sa possession. D’ailleurs, pour le commun des mortels, le vol d’une guitare représente peu de choses et les poursuites ne sont pas acharnées.

Mais les vols sont ils en augmentation ?

Je n’ai pas trouvé de chiffres explicites sur le sujet, un vol est un vol et la nature de l’objet volé n’est pas toujours reprise dans les stats.

Une recherche sur le mot clé « stolen guitar » entre 2007 et 2014 ne montre pas de réelle augmentation, voire un tassement qui pourrait s’expliquer par la rapidité de propagation du signalement sur les réseaux sociaux du matériel volé (avec des pages FB spécialisées).

A moins d’un vol de guitare de star par un fan, le matériel ne parcourt pas en général de très grandes distances et est revendu rapidement dans un périmètre restreint autour de l’endroit du vol. Un périmètre largement couvert par la communauté des fans de musique locaux. Raison pour laquelle il est important de relayer rapidement ces signalements auprès d’autres musiciens susceptibles de croiser la route du butin à six cordes.

Que faire pour éviter le vol ?

Le meilleur antivol sont vos yeux !

Jacques Stotzem n’abandonne JAMAIS sa guitare. Il la porte sur son dos du bar aux WC … et je me suis inspiré de cette attitude (aussi). Vous me verrez parfois au bar de l’after, guitare au dos, grâce à mon back-axe. Si des effets , des câbles ou des amplis sont ennuyeux et un ampli coûteux à « égarer », perdre un instrument acoustique, qui par nature est unique, est une catastrophe. Mais s’il est crédible de transporter sa guitare, pour l’ampli et les coffres de matériel, c’est un peu plus compliqué.

Si vous n’êtes pas seuls, empruntez les yeux des autres, membres du groupe, amis ou roadie. Communiquez ! Un bon vieux: « jette un oeil à ma gratte, je vais au WC».

Mettez votre matériel à l’abri

Soyez emmerdant concernant les espaces backstage soi-disant fermés à clé ou soi-disant inaccessibles au public. Car en cas de vol, on ne vous remboursera JAMAIS. Le cas échéant dans un tel local, placez votre matériel dans un endroit moins visible – à côté ou sous une table, dans le fond du côté non-ouvrant de la porte, ou derrière le matos des autres :).

Jetez un œil quand les groupes arrivent ou quittent les lieux, pour éviter les erreurs malencontreuses. Je me souviens de ce groupe qui s’est fait « échanger » tous  ses SM57 contre des copies chinoises, l’air de rien. Sans parler des innombrables emprunts de bons jacks avec retour d’un câble pourri de chez pourri.

Si vous traînez au bar, ayez un œil sur la sortie du backstage. Si trop de monde va et vient, allez jeter un œil, vérifiez que tout est toujours sous clef ou récupérez votre matos.

Chez vous, ne laissez pas votre matériel visible depuis la rue.

Dans la mesure du possible, faites un seul trajet

Essayez de faire le moins de trajets possibles, quitte à utiliser un diable ou des bras amis. Le voleur est souvent observateur. Déchargez votre véhicule, et déplacez le. Ne rechargez pas votre matériel à la fin de votre set avant de retourner au bar, si vous pouvez le garder près de vous ou sous clé. Ne prenez que le strict nécessaire pour assurer votre set.

Pour transporter votre matériel, si possible, préférez une berline trois volumes avec un coffre spacieux mais  fermé visuellement. Une camionnette ou même un break avec un volet softcover sur le coffre crient sur les toits : fouillez moi ! Les autocollants du groupe sur les vitres, ou le matos de promo qui traîne sont aussi d’excellents moyens de se signaler à l’attention des voleurs.

Personnalisez votre matériel :

Des autocollants, un logo, votre nom en peinture blanche, une housse colorée, des coffres de couleur, un foulard à la poignée, tout ce qui est voyant est bon à prendre (ma housse d’ampli est bleue, mon coffre de câbles est décoré avec une affiche). Il n’y a rien de plus discret à sortir qu’un flightcase noir au milieu des flightcases noir.

Documentez votre matériel :

Notez les numéros de série, conservez les factures, conserver des photos précises, en l’état sont autant de moyens de pister votre matériel en cas de vol. Signalez rapidement le vol, à l’organisateur, aux participants, et à vos réseaux et relations. Les magasins de seconde main et les magasins d’instrument de votre région au sens large sont de bons points de chute pour donner le signalement de votre matériel. Date, heure et lieu du vol sont des données importantes.

Les antivols

Il existe des antivols … comme le Rock-Lock, est une sorte de capodastre fermé à clef et prolongé par un câble antivol comme on en trouve sur les ordinateurs portables. En passant le câble dans la poignée de l’ampli, on peut faire d’une pierre deux coups. Je conçois bien l’utilité pour sécuriser le matériel pendant une jam ou pendant la pause, mais j’ai plus de mal avec l’idée de m’en servir backstage. Placer un outil sur le manche empêchera l’utilisation, pas le vol, d’autant si  le cadenas n’est pas visible. On peut fermer les flightcases et les coffres à clef, mais le risque de perdre les clefs et les tracas d’ouvrir, de fermer et de gérer les clefs est assez rédhibitoire. D’autant que je doute que le voleur ne teste. Le case sera volé fermé puis détruit ailleurs, avec les dégâts qu’on imagine pour le contenu.

Le risque zéro n’existe pas, mais autant avoir le moins de raisons possibles de s’en vouloir.

Voici la vidéo d’un groupe qui s’est voler son van avec tous les instruments … et qui fait preuve d’ingéniosité pour le coup en faisant un clip entièrement joué sur des iPhones ! (Bon allez, c’est p’t’être un coup de pub un peu bidon, mais l’histoire est belle).

En espérant que cela n’arrive jamais.

Lien Permanent pour cet article : http://guitar.vanlochem.be/les-vols-de-guitares/

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>