Le profond ennui de la nouvelle guitare acoustique.

Mon millième dimanche pourri passé à parcourir des forums parlant de guitares acoustiques, à regarder des vidéos. La millième vidéo « sensationnal, amazing crazy performance » avec un gars qui a passé des centaines d’heures à répéter pour tapoter sa guitare dans un accordage modal avec un épatant sens du rythme et une coordination des deux mains qui force l’admiration, sur deux guitares ou une guitare à deux, voire trois manches, ou une « incroyable » guitare à 23 cordes.

L'ennui

L’ennui

Millième fois qu’au bout de 30 secondes je m’ennuie … millième fois que je le dis et qu’on me répond :

« Quand tu sauras en faire autant on en reparlera ! »

Cet argument n’est finalement pertinent dans AUCUNE situation de la vie, et surtout pas dans le domaine de l’art, où l’on est face à un public qui se fie avant toute chose à l’émotion, au questionnement et à la résonance que l’oeuvre crée en lui en tant que spectateur et auditeur. Je préfère souvent encore détester une oeuvre pour des critères objectivables que d’éprouver de l’ennui à son écoute.

Perso, si c’est pour le plaisir des yeux, je préfère quand plusieurs personnes jouent sur une guitare ou quand il se passe vraiment quelque chose d’un point de vue musical, comme dans cette vidéo de John Gomm … dont le morceau tient debout sans la vidéo, contrairement à pas mal de stars de YouTube.

La question étant : « Êtes vous impressionnés ? ». On pourra toujours légitimement répondre que « non, c’est d’un profond ennui ». Un artiste ne peut et ne doit pas plaire à tout le monde et si le travail de mise en place est effectivement impressionnant, au bout du compte, c’est toujours un peu la même soupe depuis 30 ans, depuis Michaël Hedges. Mais il est certain qu’il y a un public pour ça, et c’est tant mieux.

L’exercice est souvent si prétentieux. Si la prétention est de dépoussiérer la guitare (en tapant dessus ?) ou de nous foutre la claque (rythmique) dans la face que notre manque d’admiration mérite, c’est bien souvent raté. Et si ça fait 30 ans que ça dure, peut-être que ce style est autant une impasse jouxtant l’ennui que les autres, bien loin de l’univers infini de possibilités qu’on nous vante et de la soi-disant nouveauté de la chose rabâchée et rebattue.

Pourquoi je ne me lasse pas de la guitare acoustique « old-school » ? Sans doute parce que la technique est passée au second plan depuis longtemps, y compris dans mon écoute. Peut-être parce que « ça » je sais faire – bien moins bien que d’autres sans doute – mais suffisamment pour lire et comprendre ce que j’entends ce qui m’évite l’ennui.

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.